Paul Weller: Working class hero

Parrain idolâtré de toute la scène britannique, le dandy mod retrouve sa fougue et gagne un nouveau public.

334198

Quasi déifié outre-Manche, le Modfather Paul Weller n’en conçoit ni gloire particulière ni stress excessif. L’ex-leader de The Jam et de Style Council poursuit depuis 20 ans une carrière solo sans l’ombre d’un renoncement, sans l’esquisse d’un compromis. A l’heure de son 11e album solo, il s’offre le luxe impensable d’y faire figurer une bonne partie de la brit pop dont Noel Gallagher et Graham Coxon, respectivement guitaristes d’Oasis et de Blur, les éternels rivaux du rock britton. On y trouve d’ailleurs un Paper Chase plus Blur que nature. Pour autant, "Sonik Kicks" n’est en rien l’album plan-plan d’un quinquagénaire assagi et sûr de son fait. Apre, tendu, explosif, l’album mêle psychédélisme débridé, expérimentations krautrock et pop nerveuse. Une claque.

D’où vous vient cette volonté de vous remettre sans cesse en question?
Paul Weller – Je crois que c’est parce que je reste avant tout un fan de musique. J’ai envie de découvrir le plus de choses possible. Beaucoup de gens de mon âge se contentent de ce qu’ils connaissent déjà ou restent coincés dans les années 80 parce que c’est leur époque. Moi, j’ai envie d’explorer.

Avoir à la fois un membre de Blur et un membre d’Oasis sur votre disque fait le buzz. C’était votre but?
Ça m’amuse, mais je n’ai pas vu les choses de cette manière. Ce sont avant tout deux amis et deux fantastiques musiciens. Graham m’a raconté qu’ado il était un grand fan de The Jam et qu’il avait été influencé par mon jeu de guitare. Et je trouve assez amusant de sortir une chanson comme Paper Chase qui est un peu un hommage à son style de guitare à lui.

Vous avez beaucoup combattu Margaret Thatcher dans les années 80. Irez-vous voir le biopic La Dame de fer qui lui est consacré?
Certainement pas, non. J’aime le cinéma, mais je n’ai pas envie de voir un film qui m’explique à quel point cette femme était formidable car elle était vraiment horrible. J’ai vu quelques critiques et la bande-annonce et ça m’a suffi. On y dépeint une femme d’Etat et une politicienne brillante. Elle a surtout détruit la classe ouvrière. Et puis, quelle idée d’avoir une Américaine pour jouer Margaret Thatcher!

Vous êtes considéré comme un trésor national en Grande-Bretagne. Comment vivez-vous ça?
C’est amusant, mais c’est aussi un vrai privilège, celui de ne pas être mort à trente ans et de continuer à travailler. Bien sûr, c’est cool de recevoir ce genre de marque de respect, mais ça ne me fait pas vraiment grand-chose et je continue simplement à faire ce que j’ai toujours fait.

Le 14/6 à l’Ancienne Belgique

 
En partenariat avec WE7, votre radio personnalisée
Plus de musique sur WE7.be

Paul Weller
Sonik Kicks
Coop/V2

Sur le même sujet
Plus d'actualité