Palma Violets – 180

Nouvelle sensation britannique, entre débauche et chaos.

804207

A l’heure de Big Ben, quatre ados en manque de sensations fortes braquent l’héritage du rock anglais. Les mecs vont au Clash et brûlent le pavé comme les Libertines, en équilibre instable entre débauche et chaos. "On a décidé de former Palma Violets à force d’aller voir des concerts pourris", lance Chilli Jesson (bassiste et chanteur) comme s’il s’était abreuvé à l’Oasis le plus proche. "Sur scène, la plupart des groupes en font des tonnes sans jamais parvenir à convaincre personne. On ne peut pas résumer la musique en trois grimaces et une mauvaise dégaine. Jouer dans un groupe, c’est d’abord une question de passion."

Attendu au tournant, Palma Violets balance un premier album ("180") sans concession où se bousculent hymnes turbulents (Best Of Friends) et romantisme décadent (Last Of The Summer Wine). Il n’en fallait pas moins pour exciter la prude Albion. Outre-Manche, Palma Violets est annoncé comme le messie du rock anglais. Pas affolés pour un penny, les quatre garçons balaient la pression. "Nous ne sommes des sauveurs, nous sommes des conquistadors", annonce Will Doyle, le batteur. "Les gens doivent juste piger que, sur scène, on n’est pas là pour les entuber."

Précédé d’une sulfureuse réputation scénique, le nom de Palma Violets s’est répandu comme une traînée de poudre. Pourtant, jusqu’il y a peu, impossible de trouver la moindre trace du groupe sur la Toile. Pas de site Internet. Aucun lien YouTube. Ni Twitter ni Facebook.

À une époque où des carrières se construisent exclusivement via le web, la stratégie des Londoniens a de quoi surprendre. "Avec Internet, tout le monde a son opinion sur tout, explique Chilli Jesson. Certains restent chez eux, connectés du matin au soir, persuadés de tout savoir. Les réseaux sociaux balisent leurs perceptions. Je n’ai pas envie d’être jugé par quelqu’un qui clique sur un lien pour écouter une chanson pendant 15 secondes. Où est le mystère? L’excitation? T’as envie de voir du rock’n’roll? Rien de plus facile: éteins ton ordinateur et sors de chez toi!"

Par obligations contractuelles, Palma Violets est aujourd’hui présent sur la Toile. "C’est un peu frustrant, mais c’est comme ça. On a même une page Wikipédia. Je me demande franchement ce qu’on a fait pour mériter ça…" La réponse est simple, presque mathématique: "180", un disque de rock urgent, un truc à vocation universelle.

 

Le 6/4 au Charlatan (Gand).

Palma Violets
180
Rough Trade/Konkurrent

Sur le même sujet
Plus d'actualité