Pagny en questions ce soir sur France 2

Quand Florent Pagny débarque sur un plateau de télé, c'est rarement pour faire de la figuration. D'ailleurs, Florent Pagny débarque rarement sur un plateau de télé. Il se déplace avec modération, quand la promo l'exige.

20043

Quand Florent Pagny débarque sur un plateau de télé, c’est rarement pour faire de la figuration. D’ailleurs, Florent Pagny débarque rarement sur un plateau de télé. Il se déplace avec modération, quand la promo l’exige.

Et les journalistes sont toujours ravis de papoter avec lui, tant ce « bon client » évite soigneusement la langue de bois en plaçant son éternelle « liberté de penser » au centre de la conversation. Comme cela fait vingt ans que ça dure, on ne peut même pas lui reprocher de simuler ou de jouer. Pagny est ainsi fait: à la fois moulé pour la variété, méfiant envers la popularité et allergique aux propos consensuels.

Inutile de dire que sa présence, ce samedi, sur le plateau de Patrick Sabatier risque de faire du vacarme. Pour rappel, l’ex-animateur du Jeu de la vérité a remis son propre concept au goût du jour en plaçant son invité sur un fauteuil. Face à lui, un panel de 300 anonymes qui ont le droit de poser n’importe quelle question d’ordre privé ou professionnel. En octobre dernier, Michel Sardou avait ouvert le bal avec une solide franchise (ses infidélités, son salaire…). Rama Yade, Geneviève de Fontenay et Patrick Sébastien avaient pris le relais, enflammant un plateau-poudrière qui ne demandait que cela.

Sorti dans les bacs il y a trois mois, le treizième album studio de Florent Pagny, « Tout et son contraire », éprouve quelques difficultés à affoler les ondes. Malgré les signatures de Lavoine, Calogero ou Obispo qui ont réussi à lui pondre des textes « très personnels », le gaillard ne parvient plus à se hisser au sommet des hit-parades. Son style dispersé et ses humeurs sonores ont fait de lui un chanteur difficile à cerner. Mais il le sait et l’assume, bien décidé à rester capable de tout. Le jour où il revisitera le répertoire de Daft Punk en version reggae, on dira de toute façon qu’il a eu le mérite d’essayer. Encore une fois, Pagny restera toujours Pagny: une grande voix qui peut réussir des grandes choses, mais qui a surtout besoin qu’on lui foute la paix.

Vingt années de carrière et cinquante années sur terre: son audience a, ce soir, du pain sur la planche, et la mention « en direct » devrait valoir son pesant d’excitation. De ses pépins fiscaux à son amour pour la douce marijuana, en passant par son exil en Patagonie ou son hyper-discrétion familiale, les anonymes du plateau vont forcément ouvrir des brèches. Reste à supposer que l’artiste s’y engouffrera en réservant quelques surprises. Car une question subsiste: avec son bagout légendaire, l’homme n’aurait-il pas déjà tout dit?
Nicolas Balmet

26 février: 20h35 FRANCE 2 Pagny en questions

Sur le même sujet
Plus d'actualité