Ozon, mauvais genre

Le réalisateur français travestit Romain Duris dans Une nouvelle amie, brillant thriller sentimental. Rencontre.

1218535

Lunettes de soleil Ray-Ban noires et petit pull marin, François Ozon donne ses interviews avec un plaisir évident au dernier festival de Gand. "J’avais lu dans la presse que Romain Duris avait envie de jouer une femme au cinéma. Je lui ai proposé de faire des essais pour Une nouvelle amie, et j’ai tout de suite vu dans ses yeux un plaisir presque enfantin à se travestir. Pour lui, jouer une femme, c’était le summum du travail d’acteur. Le must de la composition." Trouver l’acteur qui accepterait de se prêter au travestissement du personnage, tel était l’enjeu du quinzième film de François Ozon, qui venait d’essuyer le refus de Matthias Schoenaerts – le très viril acteur flamand "ne le sentait pas".

Et pour cause. C’est l’histoire de David, jeune papa de la bourgeoisie pavillonnaire que le deuil soudain de son épouse va révéler en femme, en mère, en meilleure copine. Face à lui, Claire, la meilleure amie de la défunte épouse (très charmante Anaïs Demoustier, vue dans Bird People) et  Gilles, son mari bon chic bon genre (sexy Raphaël Personnaz, aux faux airs de Delon). Un étonnant triangle amoureux se dessine alors, tandis que Claire tombe amoureuse du double féminin de David. C’est là toute la réussite du film d’Ozon, adapté d’un roman de Raphaël Personnaz (dont Almodovar avait adapté En chair et en os): traquer le désir profond de ses personnages. Quitte à bousculer les genres. On se souvient ainsi du sulfureux baiser entre Deneuve et Ardant dans Huit femmes.

"Nous sommes tous formatés depuis l’enfance pour correspondre à ce qu’on nous dit qu’un homme ou une femme doit être. J’ai voulu montrer le plaisir qu’il peut y avoir à changer de genre, même si ça apparaît comme quelque chose de transgressif, surtout aujourd’hui, en France, avec toutes les polémiques autour du mariage pour tous."  Le résultat? Un thriller sentimental à charge très érotique, dans lequel le travestissement de Romain Duris flirte autant avec le drame identitaire que la pure comédie. François Ozon filme avec un plaisir de sale gosse ses personnages empêtrés dans leurs désirs refoulés que soudain, la caméra libère. Et tant pis si ça fait mauvais genre. Nous, on adore. 

> UNE NOUVELLE AMIE, réalisé par François Ozon. Avec Romain Duris, Anaïs Demoustier – 107’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité