Our Idiot Brother

Du ciné indé américain comme on l'aime. Et une figure d'idiot comme on en voudrait dans la famille.

441911

Dans le genre antihéros attachants, Forrest Gump – Ned, (presque) même combat. Si le premier était aussi bonasse que légèrement arriéré, le deuxième, l’Idiot Brother du village, est un bon gars candide et trop honnête.

Qui se fait virer par sa femme lorsqu’il sort de prison et trouve refuge chez ses trois sœurs – la bobo coincée, l’ambitieuse frustrée et la bi portée sur l’amour de groupe – qui vont toutes faire l’expérience du décalage cosmique entre leur vie respective et celle de ce frère aux yeux perpétuellement vagues. Comme s’il attendait de voir à quelle heure passe la prochaine soucoupe.

Dans le rôle de ce frangin fan des soirées charades en famille, un Paul Rudd somptueux, arrivant à faire rire rien qu’avec ses poses de gros benêt. Ou grâce à ce don inné qui consiste à lâcher la pire phrase au moment le plus inopportun.

Dans la lignée de Greenberg (avec Ben Stiller), avec ce mélange bien dosé de franche rigolade et de spleen insidieux, ce petit bijou de comédie prouve que le cinéma indé américain en a sous la pédale. Produit par l’équipe de Little Miss Sunshine, ce film n’est pas du genre de ceux devant lesquels on rigole à gorge déployée.

L’accumulation de gags et de détails cocasses (le chien de l’idiot baptisé du nom d’une star du blues et les quiproquos qui vont avec…) finit par produire son effet. En filigrane, une fine critique de certains archétypes sociaux qui montre que la star du dîner de cons n’est finalement pas toujours celle qu’on croit. Voici donc le film le moins idiot de ce début d’année!

Voir les salles où ce film est à l'affiche

Our Idiot Brother
Réalisé par Jesse Peretz (2010). Avec Paul Rudd, Zooey Deschanel, Elizabeth Banks – 90’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité