Once Upon A Time In Anatolia

Attention, chef-d'œuvre. Ne vous laissez surtout pas démotiver par l'a priori du film turc chiant et trop long, vous passeriez à côté d'un des plus belles surprises de ces dernières années.

405830

Certes, pendant près de 2h30, on suit une patrouille de police encadrée par un médecin légiste et un procureur désabusé chercher un corps dans une plaine d’Anatolie. Mais quelle force morale et visuelle à l’arrivée!

Western statique tourné en cinémascope, le film révèle une profondeur de champ exceptionnelle, des éclairages hypnotiques (la première partie est seulement éclairée par les phares des voitures et par la foudre), une bande sonore d’une précision et d’une finesse rares (on entend le silence de la nuit). Et certains plans tiennent presque carrément du réalisme magique.

Le film brasse la question de la loi des hommes, du contrôle d’un territoire aux limites fluctuantes, et finit par éblouir dans une réflexion magistrale sur l’amour et la mort.

Ce n’est pas qu’une question de titre, qui fait évidemment allusion à Il était une fois en Amérique: la Turquie a bel et bien trouvé son Sergio Leone. On n’en est pas remise.

Bande-annonce Once Upon A Time In Anatolia

Voir les salles où ce film est à l’affiche

Once Upon A Time In Anatolia

Réalisé par Nuri Bilge Ceylan (2011). Avec Muhammet Uzuner, Yilmaz Erdogan, Taner Birsel – 157′.

Sur le même sujet
Plus d'actualité