Nuits Bota: Le Bota libère les Savages

Ouvrez les cages et libérez les Savages! Après avoir chauffé ses cordes vocales lors de la première partie assurée par son boyfriend Johnny Hostile, la chanteuse Jehnny Beth monte sur scène en compagnie de ses trois post-punkettes.

863017

Sans chichi, synthés analogiques, vocoder ou delay, la formation londonienne préférée d'Hedi Slimane déploie une formule chant-guitare-basse-batterie brute de décoffrage.

C'est que le sulfureux quatuor n'est pas venu aux Nuits Botanique pour faire de la figuration. Portée par une voix qui nous rappelle Anne Clark, une percussionniste survitaminée et des riffs saturés particulièrement bien maîtrisés, les Savages distillent leur animisme assassin à un public conquis de blousons noirs.

I Am Here, la plage éponyme de leur solide EP sorti cette année, She Will, Give me a Gun, mais aussi le nouveau Fuckers que la belle androgyne dédie à tous les connards présents dans la salle…

Savages ne fait pas dans la dentelle et envoie du bois durant plus d'une heure. Avant de nous mettre définitivement un genou à terre avec le génial et tonitruant Husbands. Punk is not dead.   

Photos: Xavier Marquis

Sur le même sujet
Plus d'actualité