November Man: un tableau trop naïf

C’est vrai que le titre est attirant. C’est vrai qu’on se réjouissait de voir Pierce Brosnan supprimer en beauté quelques méchants disgracieux avec classe et spiritualité.

1189469

Un martini au shaker et pas à la cuillère, James Bond est de retour! Assez rapidement, on se rend compte que le compte n’y est justement pas. On se trouve d’abord dans une histoire de rivalité entre un élève espion (Luke Bracey) et son maître (Pierce Brosnan). "Quand on fait ce métier qui est le nôtre, petit, il ne faut pas avoir de petite amie." Soupir condescendant. "Facile à dire quand on a soixante balais, old man, mais quand on est jeune et beau comme moi", lancent les yeux de Luke Bracey dans un éclair. "O.K., chef, tant pis pour cette magnifique paire de seins." Eclair à nouveau, soupir frustré. Est-ce le trop-plein d’hormones? Voilà que le jour d’après, notre apprenti espion désobéit à son mentor. Bilan: Luke Bracey loge une balle dans la tête d’un enfant. Luke Bracey est désolé. Pierce Brosnan est déçu. Bon, que dire de la mère? Rien justement. Nous voilà dix ans plus tard. Pierce Brosnan a toujours 60 ans, la retraite l’a bien conservé. Mais voilà qu’on veut l’en sortir. "- Juste cette fois-ci.Non. – Encore une fois. – Non, n’insiste pas, je ne vais pas pouvoir me contrôler bien longtemps, tu sais." Juste avant l’explosion du sexagénaire, une photo apparaît. Une Milf. Une Milf russe qui détient un secret super-compromettant contre le futur président russe. A la vue de la Milf, Pierce tressaille. Le lendemain, la Milf vole les photos qui compromettent le méchant futur président russe qui lance des escadrons d’homme en noir à sa poursuite. Celle-ci est miraculeusement sauvée par notre sémillant sexagénaire. Dans les yeux de la Milf, une surprise lourde de lointaines nuits torrides prêtes à être réactivées une dernière fois. Le maître avait donc une petite amie. Contre toute attente. Et est prêt, lui aussi, à remettre le couvert. Pas le temps d’avaler un zakouski: la Milf se prend un pruneau. Un pruneau servi par qui? Luke Bracey, qui en 10 ans n’a pas pris une ride non plus. Il a juste coupé sa barbe. Et enrage encore de cette paire de seins dont il n’a pu se repaître…

Retrouvez l'interview intégrale de l'ex- James Bond dans le Moustique du 1er octobre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité