Nous York

Pas aidée par l’un des plus piteux jeux de mots de l’histoire du cinéma français en guise de titre, cette fable vaut pourtant bel et bien le détour! 

652059

Son point de départ est le même que celui de Tout ce qui brille, première coréalisation du duo gentiment explosif Géraldine Nakache/Hervé Mimran en 2009: La recherche d’identité. "Dans Tout ce qui brille, confie Géraldine, deux amies banlieusardes tentaient de vivre la vraie vie au-delà du périphérique parisien. Maintenant, direction les States. Avec d’autres personnages. Mais toujours avec ce constat amer que l’herbe n’est jamais plus verte ailleurs."

Et surtout pas à New York, où résident deux copines qui font figure de réussite enviable pour ceux qui sont restés à Nanterre.

Jusqu’à ce que la visite inopinée de trois potes rétablisse une vérité plus nuancée. Montrant que même si on habite la Grosse Pomme, on peut quand même en avoir gros sur la patate.

Mais la qualité majeure de Nous York tient surtout au fait qu’il va plus loin que Tout ce qui brille. Explorant cette fois non pas une camaraderie un peu potache, mais bien une amitié qui s’effiloche au rythme des années, signe inévitable du passage à l’âge adulte.

Il est juste dommage que le film se perde dans quelques stéréotypes de comédie générationnelle (une brochette de personnages attachants et quelques amourettes). A part ça, on a aimé.

Voir les salles où ce film est à l’affiche

Nous York
Réalisé par Géraldine Nakache & Hervé Mimran. Avec Leïla Bekhti, Géraldine Nakache, Manu Payet – 98’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité