Notre dossier de la semaine: Les banques

Nous sommes riches. Les Belges disposent actuellement d'un patrimoine de quelque 900 milliards d'euros. Un record. Nos banques aussi sont prospères.

20580

Après la crise, nos compatriotes ont renoué avec leurs habitudes et rapatrié leurs avoirs sur ce bon vieux carnet d'épargne. En deux ans, les sommes placées sur nos chers livrets ont augmenté de 50 % pour atteindre 220 milliards. Un autre record. Cela tombe bien: après la crise, il avait été demandé aux établissements de crédit de se renflouer au plus vite. Ils n'ont eu finalement qu'à attendre les bras ouverts que les ménages belges, échaudés par les déboires boursiers, ne rapatrient leurs avoirs en lieu sûr.

Pour l'Etat belge, c'est aussi tout bénéfice. D'abord parce qu'il court désormais moins de risque de devoir remettre à flot le système financier. Ensuite parce que la taxe prélevée auprès des banques suite à la crise lui rapportera cette année plus de 600 millions d'euros. Tout le monde est content? Eh bien, il ne devrait pas. Surtout le petit épargnant, dont les services rendus sont aujourd'hui bien mal payés. Durant la crise, on a sauvé les banques. Pas leurs clients.

Retrouvez dans votre Moustique de cette semaine

  • le top des comptes à vue
  • les meilleurs taux des comptes d'épargne
  • l'interview d'Olivier Marquet, directeur de Triodos
  • l'interview de Jean-Philippe Ducart, porte-parole de Test-Achats

Sur le même sujet
Plus d'actualité