Nile Rodgers – Mes disques, c’est Chic!

Producteur de Bowie, Sheila, Madonna ou Diana Ross, il revient à l'avant-plan après sa collaboration à l'énorme Get Lucky de Daft Punk. En attendant un nouvel album de Chic, il déterre rien que pour vous les trésors de sa discothèque...

1012576

Le 19 décembre dernier, Nile Rodgers transformait l'Ancienne Belgique en discothèque avec une prestation époustouflante de près de deux heures. Dès le lever de rideau, le guitariste new-yorkais âgé de 61 ans mettait les choses au point. "Pour ceux qui ne m'ont encore jamais vu sur scène, sachez qu'il ne s'agit pas d'un concert de reprises. Toutes les chansons que nous allons jouer ce soir, c'est moi qui les ai écrites ou produites..."

Et c'est vrai. Si Nile Rodgers n'a pas inventé la musique dance, il l'a portée à ses sommets. Son nom est bien sûr indissociable de son ami bassiste Bernard Edwards avec qui il a fondé Chic en 1977 et signé les tubes disco Le freak,Good Times ou I Want Your Love qui font encore le bonheur des party harders. Mais il reste aussi à ce jour l'un des producteurs/créateurs les plus lucratifs de l'histoire de la pop. De "We Are Family" de Sister Sledge qu'il a entièrement réalisé à Get Lucky de Daft Punk sur lequel il pose un riff incendiaire, en passant par "Let's Dance" de David Bowie, "Like A Virgin" de Madonna, "Upside Down" de Diana Ross ou "Notorious" de Duran Duran, Nile Rodgers a imposé son sens du tube, sa finesse groovy et son inégalable patte glamour.

Le succès interplanétaire de Get Lucky couplé à la récente traduction française de son autobiographie C'est Chic (éd. Rue Fromentin) et à la compilation "The Chic Organization Up All Night" a remis Nile Rodgers à l'avant-plan. "Je n'ai pourtant jamais cessé de travailler et tourner", nous confie-t-il dans sa loge. "La dernière fois que je suis venu en Belgique (en 2011 à l'AB – NDLR),le concert affichait aussi sold-out mais le public a évolué. Aujourd'hui, il y a plus de jeunes dans la salle. Ils connaissent les chansons pour les avoir entendues à la radio ou avoir dansé dessus en club. Mais ils ne savent pas toujours que c'est la Chic Organization qui est derrière. Ce n'est pas grave, comme Kiss dans les années septante ou Daft Punk aujourd'hui, Chic a toujours mis la musique en avant plutôt que les visages de ceux qui la fabriquaient."

Elégant dans son costume blanc et avec ses dreads qui lui descendent sous les épaules, Nile Rodgers est toujours assoiffé de musique et a gardé une mémoire intacte malgré les quantités astronomiques de coke qui sont passées dans ses narines. "Je suis un survivant. Plutôt que de m'en étonner, j'en profite. Je termine actuellement le nouvel album de Chic. Il me manque encore deux ou trois bonnes chansons. Je dois notamment écrire un refrain dans lequel il y aura le mot "Chic". J'y tiens particulièrement." Quand nous lui proposons de replonger avec lui dans sa discothèque, il ne cesse de s'enthousiasmer. Ici en citant une anecdote sur Diana Ross, là en rigolant d'une tenue fluo qu'il portait sur la pochette de l'album "Tongue In Chic" (1982). "Tout était vraiment permis dans les années 80",s'esclaffe-t-il

Retrouvez dans Moustique la discothèque détaillée et expliquée par Nile Rodgers.

Avec notre partenaire Deezer, nous vous offrons la playlist en écoute intégrale et gratuite.

The Temptations, Meet The Temptations – 1964

Roxy Music, Siren – 1975

Chic, C'est Chic – 1978

KC And The Sunshine Band, Please Don't Go, maxi-single – 1980

Diana Ross, Upside Down – 1980

Debbie Harry, Koo Koo – 1981

Sheila, Spacer – 1980

Madonna, Like A Virgin – 1984

Chic, Live At Budokan (CD + DVD) – 2010

Daft Punk, Get Lucky – 2013

George Vassilakis, 18 Instrumental Tunes And Songs From The Greek Tradition – 2007

Chic, Good Times, maxi – 1979

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité