Netflix est là!

Depuis cette nuit, le roi la VOD est disponible en Belgique. A quel prix? Pour voir quoi? On vous dit tout sur l’événement télé n°1 de la rentrée.

1182897

Comme les croissants au saut du lit, le pape américain de la  VOD a débarqué chez nous au petit matin. Alors, quel est le programme de Netflix Belgique? Et comment faire pour se connecter? Premier réflexe: on se rend sur le site, on choisit sa formule d’abonnement et on valide ses coordonnées bancaires. Les tarifs sont bien ceux que nous vous avions communiqués, soit de 7.99 euros à 11.99 euros par mois en fonction du nombre de personnes connectées au même moment et de la qualité de diffusion souhaitée.

Pour son lancement, Netflix offre le premier mois, quel que soit l’abonnement choisi. De quoi attiser la curiosité… Le service nous demande ensuite de sélectionner trois titres afin de mieux cerner nos goûts cinématographiques et de nous proposer ensuite une offre de contenus plus personnalisée. Cool. On coche et on découvre alors ce mystérieux catalogue sujet à toutes les spéculations depuis ces derniers mois.

The Walking Dead, Breaking Bad, Downton Abbey…

Et alors? Côté séries, épinglons d’emblée les récentes Orange is the new black, l’un des vaisseaux amiral de Netflix, mais aussi Penny Dreadfull, Breaking Bad, The Walking Dead, Suits, New Girl, Sons of Anarchy ou Downton Abbey.

A noter que les chaînes belges qui détiennent les droits de certaines de ces séries conservent bien une longueur d’avance sur Netflix. Pour The Walking Dead, par exemple, le service propose les trois premières saisons, la quatrième étant, pour l’instant, réservée aux abonnés de Betv.

Netflix propose également de revoir de nombreux classiques du petit écran, à l’image de Dexter, Californication, Gossip Girl ou Prison Break.   

Mais le service ne boude pas pour autant les cinéphiles. Si son catalogue belge fait surtout la part belle aux grands classiques du cinéma (A bout de souffle, Rain Man, Will Hunting), tous les films ne datent pas –comme la réglementation le prévoit pourtant- de plus de trois ans. On peut donc notamment visionner Le loup de Wall Street ou My Movie Project, sortis l’année dernière, mais aussi des dizaines de productions de 2012 ou 2011.

La HD ou rien

Concrètement, comment ça marche? On clique sur le film ou la série que l’on souhaite voir, on sélectionne la résolution, la version linguistique et son sous-titre éventuel. Un jeu d’enfant. Reste que la qualité n’est pas toujours au rendez-vous et on ne saurait dès lors que conseiller d’opter pour un abonnement qui inclut la HD.

Verdict? Si vous n’êtes pas un mordu de séries ou de cinéma qui a tout vu (et tout téléchargé illégalement) avant tous les autres, le rapport qualité/prix de Netflix nous semble très intéressant. En reprenant dans son catalogue une foule de grands classiques du genre, du film d’auteur au feuilleton blockbuster, ce nouveau service de VOD pourrait bien également s’imposer comme une offre de rattrapage complémentaire à notre abonnement télé.

Reste que Netflix n’est pour l’instant relayé en Belgique par aucun opérateur. Pour visionner son catalogue, il faut donc passer pour l’instant par un ordinateur, une tablette, une smart TV compatible, un lecteur Blu-Ray connecté ou une console de jeux telle que la XBOX, PS3 ou PS4.

Mais cela pourra bien changer. Et vite. Car Belgacom et Voo seraient en négociation pour proposer le service US à leurs 2 millions d’abonnés, comme le fait désormais l’opérateur Bouygues en France. Netflix pourrait alors démarrer sous les meilleurs auspices et s’imposer en Belgique beaucoup plus rapidement qu’on ne le pense.  

Comment diable s’y retrouver parmi tous les titres proposés?

Pour vous servir le plateau télé le plus personnalisé, Netflix déploie la grosse artillerie. Après avoir sélectionné trois productions en fonction de ses affinités, le service nous demande de spécifier nos genres favoris. Drames, comédies, thriller… Rien de plus classique. Sauf que Netflix nous propose ensuite de coter une série de films qui correspondent à ces genres et que, selon le service, nous devrions donc déjà avoir vus. Un petit clin d’œil à son catalogue daté? Mais ce n’est pas tout. Pour affiner ses résultats, Netflix nous propose ensuite de réagir par rapport à une série de mots-clés tels que "absurde", "anti-déprime" ou "pour la famille" et nous demande si on veut voir des productions "classique", "blockbuster" ou par exemple "primées aux Oscars". Il est même possible de spécifier le type d'intrigue dont on raffole -"camion-train-avion", "course contre la montre", "arnaqueurs"- ou nos musiques préférées afin que le service nous propose les documentaires les mieux ciblés. Génial. Jamais un service de télé à la carte n'avait poussé le curseur de la personnalisation aussi loin.
 

Le cas House of Cards

Si la série n'apparait pas dans l'offre du côté francophone, la série-culte produite par Netflix est disponible en Flandre mais uniquement en VO sous-titrée néerlandais. BeTV garde donc bien la main sur le marché francophone.

Plus d’infos? www.netflix.com

Sur le même sujet
Plus d'actualité