On n’est plus scotché devant On n’est pas couché

L'arrivée du tandem féminin Pulvar-Polony à On n'est pas couché déçoit. Retour sur la succession des deux Eric.

61764

On était tout impatient le samedi 3 septembre. D'abord de retrouver le talk-show piloté par Laurent Ruquier, mais surtout de découvrir le nouveau tandem de snipeuses composé des journalistes Audrey Pulvar et Natacha Polony. En lieu et place d'Eric Zemmour et Eric Naulleau, remerciés et remplacés pour officiellement amener du sang neuf, renouveler l'émission, relancer l'intérêt… Résultat: un loupé soporifique néanmoins suivi, curiosité oblige, par 1,5 million de Français en moyenne (avec un pic à 2,5 millions).

Drapée dans son chemisier de satin rose fuchsia, Audrey Pulvar se révèle d'une rare platitude dans sa posture de bobo de gauche ascendante féministe. Natacha Polony, collègue de Zemmour au Figaro, se montre à peine plus tranchée face aux invités. Certes, comme le disait l'un d'eux, le chanteur Colonel Reyel, on a droit à des "meufs stylées"… Mais où sont l'art et l'audace de la contradiction dont les "deux Eric" avaient fait la marque de fabrique de l'émission? Où est la réjouissante dimension critique et argumentée des cinq saisons passées? Où est le naturel épatant avec lequel tant Zemmour que Naulleau intervenaient et dézinguaient le politiquement correct et la promo triomphante? On est passé de l'efficace mitrailleuse lourde au pistolet à bouchon!

Trop gênants?

La faute à qui? Principalement à Laurent Ruquier qui, avant l'été, a sacrifié sur l'autel d'un certain confort (conformisme) ses deux meilleurs atouts. Le binôme Naulleau-Zemmour était devenu sans doute trop gênant pour la direction de France 2 à l'aube d'une année d'élection présidentielle. Trop encombrant sans doute aussi pour Ruquier lui-même puisqu'au fil du temps, de samedi en samedi, le duo décapant lui a ravi le premier rôle et la vedette des buzz sur Internet. A propos de cette rivalité d'ego, il est piquant de souligner l'anecdote rapportée par Jean-Jacques Bourdin, journaliste-star de RMC, un temps pressenti pour succéder à Eric Zemmour. Lors d'un entretien préliminaire avec la productrice Catherine Barma, celle-ci aurait expliqué à Bourdin: "Dans la première partie de l'émission, quand Laurent Ruquier fait son show debout, il est recommandé de rire et de sourire pour les besoins des plans de coupe utilisés au montage"…

Autre erreur, le choix des remplaçantes elles-mêmes. Ruquier a imposé Audrey Pulvar malgré son profil de gauche très cliché, accentué par sa liaison avec Arnaud Montebourg, figure forte du PS. Natacha Polony, tendance droite républicaine et journaliste au Figaro, est aussi dans un modèle idéologique déposé. Mais le duo féminin et féministe a surtout beaucoup moins de relief et d'épaisseur que ses mâles prédécesseurs. Pour des salaires équivalents: 1.400 € par émission pour Natacha Polony. Peut-être le double pour Audrey Pulvar.

Rigolos en détresse

Là où Zemmour et Naulleau nous menaient parfois vers de passionnants sommets en termes d'analyse, de dialectique, d'épaisseur intellectuelle (quelles que soient les idées, même les plus contestables, défendues) et même d'humour. On pouvait être en désaccord avec leurs prises de position, mais au moins ils avaient le répondant culturel et historique pour les défendre avec maestria.

A cet égard, les invités appelés dans le fauteuil n'ont plus vraiment à craindre d'attraper des "zemmouroïdes" ou de choper un virus "naulleaucomial". A moins que les deux "P-P" (Pulvar-Polony), passé le stress et les tâtonnements de leurs débuts, ne révèlent subitement un vrai don pour le sniping télé osé. Bon camarade, Zemmour nous a glissé: "J'ai vu Natacha en juillet et je l'ai encouragée. Depuis, je n'ai plus de contact. Mais je n'ai pas à lui donner de conseils particuliers. Chacun fait son truc selon ce qu'il est et ses envies. C'est très personnel, cet exercice. Rien ne sert d'accentuer la pression qui est déjà fameuse sur ses épaules. Mais si elle veut m'appeler, je suis là".

Dernière faiblesse du On n'est pas couché repensé, le nouveau duo d'humoristes. Il se montre aussi décevant que le duo de critiques. Arnaud Tsamère et Jérémy Ferrari, autres trouvailles de Ruquier, auront un mal fou à faire oublier le génial et délirant transformiste Jonathan Lambert. Dialogues lourds, feintes téléphonées, fausse opposition…, les compères rament. On laissera encore quelques numéros à l'émission pour se réinstaller et à son nouveau casting pour trouver ses marques. Pour sa part, Laurent Ruquier s'est déclaré persuadé que "les critiques s'essouffleront au fil des semaines". On aurait préféré qu'il promette de rapidement retrouver le niveau, le panache, l'audace et cette part d'imprévisible qui font le charme des grandes émissions.

On n'est pas couché Chaque samedi France 22h50

Sur le même sujet
Plus d'actualité