Monssens et de l’humour

On n'est pas rentré débarque en quotidienne sur La Première. Avec une joyeuse bande - DuBus, Kroll et des petits nouveaux - encadrée par l'ex-Monsieur Al dente. On va rire!

59064

Après avoir enterré Le jeu des dicos, La Première dégaine sa nouvelle tranche d'humour, en direct et branchée sur l'actu. À la barre, Olivier Monssens. L'intervieweur d'Al dente est propulsé de simple chroniqueur radio à chef de meute humoristique. Un sacré pari!

Ça fait quoi de passer pour le fossoyeur du Jeu des dictionnaires?
Olivier Monssens – Soyons clair, la presse a cultivé ce raccourci malheureux, suite au télescopage de deux infos: la suppression, décidée de longue date par la direction, du Jeu des dicos déclinantet la création de ma nouvelle émission, avec le concours de DuBus. Honnêtement, nous n'avons pas frappé à la porte de la RTBF, c'est elle qui est venue nous chercher pour élaborer un nouveau concept. Différent, en direct et pas dans le même créneau horaire, puisqu'on sévira de 16 à 17 heures.

C'est quoi, votre émission?
Un talk quotidien en direct qui rebondira avec humour et humeur sur l'actualité. La politique, l'air du temps, les people, les buzz… tout prêtera le flanc à la bonne humeur et à la mauvaise foi de mes chroniqueurs et de moi-même. Bien que pilote de l'émission, je mettrai aussi mon grain de sable et de sel dans la machine avec des éditos. Il y aura un roulement de deux chroniqueurs par jour présents du début à la fin. Pour leurs chroniques mais aussi pour intervenir à leur guise.

Ce ne sera donc pas un duo avec DuBus…
Non. Je suis le chef de meute qui organise tout. DuBus, à sa demande, sera un des chroniqueurs phares d'une équipe composée d'humoristes confirmés et de novices. Parmi les premiers, il y aura donc DuBus le lundi et le jeudi, Kroll le mardi et le vendredi et Laurence Bibot le mercredi. Philippe Gouders, alias Raoul Reyers, fournira chaque jour un micro-trottoir décalé. Sans oublier Jacques Mercier le vendredi qui viendra distiller des anecdotes. Côté novices, la journaliste Myriam Leroy viendra deux fois par semaine, le caricaturiste Nicolas Vadot une fois. Le jeudi, je ferai intervenir des correspondants étrangers. J'ai aussi quelques réservistes comme Sylvestre Defontaine.

C'est une sicav humour: 50 % valeurs rassurantes et 50 % prises de risques…
Exact. Je fais le pari d'un mélange journalistes/humoristes. Confirmés ou pas. Je n'allais pas aller débaucher Les Enfants de chœur sur VivaCité… Il faut aussi rassurer les auditeurs de La Première. Et puis, on est en Belgique, on ne peut pas se passer de nos quelques figures porteuses. En France, Ruquier a beaucoup plus de facilité. Il a l'embarras du choix.

Justement, parlons-en. Vous réalisez votre fantasme Ruquier à travers ce talk humoristique. Déjà le titre: On n'est pas rentré
Je suis humeuriste plus qu'humoriste, mais c'est vrai que je serai, comme lui, chef d'orchestre d'un big bazar humoristique. Mais ce n'est pas un fantasme. Quant au titre, trouvé par le directeur de la radio Francis Goffin, c'est évidemment un clin d'œil mais aussi un renvoi à la réalité de l'auditeur. Cette tranche 16-17h est devenue le "drive time" de notre public cible, le moment où il rentre du boulot à la maison en voiture.

Quels sont vos modèles en radio?
José Arthur, Pierre Bouteiller, Jean Yanne, Fabrice. Et évidemment Marc Moulin. La référence. Comme homme de radio, comme musicien, comme humoriste, comme ami. Je pense à lui en préparant cette nouvelle émission. Que m'aurait-il conseillé? Qu'aurait-on pu faire ensemble?
h Fernand Letist

On n'est pas rentré Dès le 29 août, du lundi au vendredi 16h00 La Première. Best of samedi 9h.

Sur le même sujet
Plus d'actualité