Monsieur Lazhar

La déception est d’autant plus poignante que les promesses étaient alléchantes. En effet, tout se prêtait à un grand moment de cinéma.

325073

Tout d’abord l’histoire, prenante, tissant le parallèle entre la fragilité de jeunes élèves traumatisés par le suicide de leur professeur et celle du remplaçant de celle-ci, immigré algérien qui a lui aussi vécu un drame de son côté. Et ensuite, des portraits touchants.

Qui affichent même parfois une élégance des sentiments, loin de toute manipulation ou sentimentalisme. Mais toutes ces bonnes intentions de départ se heurtent malheureusement à une réalisation flottante.

Qui, à force de vouloir aborder trop de sujets de front, finit par se perdre en chemin. Drame classique duquel rien ne dépasse, critique des systèmes d’enseignement, objet de réflexion politique… Monsieur Lazhar tire trop de ficelles pour agiter durablement une corde sensible. Mais on suivra de près la carrière de Philippe Falardeau.

Voir les salles où ce film est à l'affiche

Monsieur Lazhar
Réalisé par Philippe Falardeau (2011). Avec Fellag, Sophie Nélisse, Emilien Néron – 94’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité