Mon smartphone est bancable

Payer avec son portable est désormais une réalité en Belgique. Applis, fonctions, enjeux: on décrypte la révolution du paiement mobile.

1221567

Chez McDonald’s, la dernière nouveauté n’a ni saveur, ni odeur. Depuis quelques jours en effet, la chaîne de fast-food accepte les paiements par smartphone via l’application SEQR (se-cure). Concrètement? Après avoir installé l’appli sur son téléphone et rentré ses coordonnées bancaires, on scanne le QR code présent sur les caisses du restaurant et on valide ensuite le montant de la transaction avec son code PIN. Easy. Et carrément révolutionnaire. Jugez plutôt.

Outre son extrême simplicité, ce nouveau mode de paiement a l'avantage de conserver automatiquement nos tickets de caisse et de réunir toutes les autres fonctions offertes par nos cartes à puce traditionnelles. Programmes de fidélité, bons de réduction, crédits à la consommation… Au lieu de montrer la carte du magasin à la caissière, de lui filer trois bons et de payer ensuite avec une carte ou de l’argent liquide, on scanne simplement le code et on valide. Un gain de temps appréciable pour nous, mais aussi pour le commerçant.

Mais quels sont les téléphones compatibles? Tout smartphone équipé d’un système d’exploitation Android ou iOS (iPhone) peut d’ores et déjà fonctionner avec l’appli SEQR. Quant aux possesseurs de Windows phones, ils devront encore patienter car l'appli compatible est toujours en développement. Grâce à la technologie sans fil NFC (Near Field Communication), de série sur de nombreux smartphones haut de gamme, l’opération gagne encore en simplicité puisqu’il n’est alors plus nécessaire de scanner le QR code. Un simple contact avec le terminal du commerçant effectuant la transaction suffit.

Virement entre amis

Mais le paiement mobile ne se limite pas aux restos, magasins ou parkings puisque l’on peut également scanner ce fameux code sur un écran d’ordi ou de tablette et régler ainsi les factures de ses achats en ligne. Pratique! Tout comme le transfert d’argent entre particuliers: on sélectionne le contact dans son répertoire téléphonique, on indique le montant souhaité, on valide et l’argent est immédiatement envoyé. Du moins si l’autre personne a installé l’appli sur son propre téléphone. À terme, on pourra même acheter directement un produit en scannant sa pub à la télé…

Reste que SEQR n’a pas le monopole des applis de paiement mobile. Loin de là. Le 15 mai dernier, la société Bancontact/Mister Cash a, en effet, lancé sa propre "Bancontact app". "Ce n'est qu'un début, a affirmé la société à l’agence Belga. Plusieurs banques intègrent actuellement l'application Bancontact Mobile dans leur propres app bancaires, comme Belfius l'a récemment annoncé, ce qui va multiplier le nombre de clients en mesure d'effectuer des paiements mobiles."

Maximum 250 euros

Et la sécurité dans tout ça? Vu que l’opération ne peut se faire sans entrer son code personnel, le smartphone devrait rester sécurisé en cas de perte ou de vol. En outre, il est bien entendu possible de bloquer le compte sur un simple coup de fil. Notons enfin que le montant des transactions est bien souvent limité à 250 euros. Une protection qui devrait rassurer les plus inquiets et décourager les hackers. Du moins la plupart d’entre eux…

Mais le Belge est-il prêt à entrer de plein fouet dans cette nouvelle ère bancaire? Si la société Bancontact annonce l’activation de son appli mobile par quelque 125.000 porteurs de cartes Mistercash, de nouveaux partenariats avec les opérateurs de téléphonie Mobile Vikings et Base, mais aussi une disponibilité du service dans les administrations communales membres de la plate-forme Interactive City, elle ne précise toutefois pas le nombre d’utilisations réelles.

Quant à la firme SEQR, leader européen du paiement par smartphone, elle a beau compter plus de 5.200 commerçants et chaînes de magasins partenaires en Suède, par exemple, elle ne fait que débarquer en Belgique. Outre les fast-foods précédemment cités, il est également possible de payer avec son appli dans les webshops Colruyt ainsi que dans l'une ou l'autre sandwicherie Panos. Mais c’est tout pour le moment. "Vu le grand intérêt que montrent les commerçants belges, nous attendons à court terme une croissance importante du nombre de points de vente où il sera possible de payer avec SEQR", avance toutefois Marcel Roelants, manager de la firme pour la Belgique.

Inutile de se voiler la face. Avec ses innombrables possibilités et fort de son extrême popularité, le smartphone est bien le portefeuille électronique de demain. Mais en attendant que le grand public modifie ses comportements d’achat, les commerçants n’ont pas d’autre choix que de jongler avec une série impressionnante de moyens de paiement. "Comment comptez-vous payer monsieur? En liquide, avec Visa, Mister Cash ou Proton (jusque fin 2014), via des chèques-repas, l’appli SEQR ou Bancontact app?" De quoi devenir fou!

Plus d'actualité