Mimie Mathy : « J’adorerais faire la méchante dans James Bond »

Souriante et pêchue, l'interprète de "Joséphine" ne prend rien de haut. "Mini-Mathy" a tout d'une grande.

1045182

Du haut de son mètre 32, Mimie Mathy est une grande. Une comédienne ultra-impliquée dans de multiples causes, comme le spectacle des Enfoirés qu'elle défend bec et ongles, ou en marraine de l'Unicef. Mais c'est surtout une femme de 56 ans, humoriste, amoureuse et heureuse, et interprète bancable de la série phénomène de TF1 Joséphine, ange gardien aux audiences pharaoniques. Juste un truc: elle en a marre qu'on lui parle de sa différence en permanence. "Je suis juste quelqu'un de normal. Un peu plus petit que la moyenne, c'est vrai, mais ça ne change rien à mon intellect, à qui je suis. Il faut voir plus loin."

D'où vous vient cette énergie qui semble inépuisable?

Mimie Mathy – Elle n'est pas inépuisable. Vous me verriez le matin! Mais j'ai cette chance d'être énergique malgré mon grand âge (rire). Avant un spectacle par exemple, je me demande toujours comment je vais faire pour tenir le coup. Mais une fois en scène, c'est parti, je suis les rails et le train ne peut plus dérailler. C'est vraiment la scène qui me maintient, comme beaucoup d'artistes. C'est le seul métier où on ne dit pas "je vais travailler", mais "je vais jouer". Des fois, j'ai les genoux qui craquent, ou un mal au dos de gueux mais après, on oublie tout. Un jour, j'ai eu une rage de dents énorme, mais dès que j'ai eu franchi le rideau de la scène, elle a disparu. Et sans substance illicite! Mon mari m'apporte énormément, me permet de recharger mes batteries.

Vous dites souvent "Il faut rêver sa vie". Quel était votre plus grand rêve?

M.M. – Etre sur scène et être aimée. Arriver à faire le métier que j'aime et être reconnue. J'ai eu très peur de ne pas trouver l'amour, que personne ne fasse fi de ma différence, et de vieillir toute seule. Mais c'est enfin arrivé grâce à mon mari Benoist Gérard (sommelier et chef cuistot de renom, rencontré lors d'un spectacle de la comédienne- NDLR). J'ai encore envie de faire du cinéma, mais ça arrivera bien un jour. Qu'est-ce qui empêche que je remplace un personnage initialement prévu pour Juliette Binoche ou Catherine Deneuve sans qu'on ait besoin de me dire "Tu sais, tu es mon amie de toujours, mais tu es petite. Ça ne va pas le faire". Il suffit de passer le côté physique. Un rôle au cinéma viendra, je n'en doute pas, mais sans doute de l'étranger.

Quelle a été la réaction de vos parents quand vous leur avez dit que vous vouliez vous exposer?

M.M. – Ils ont eu très peur.

La suite dans le Moustique du 26 février 2014

Gratuit avec votre Moustique ce 26 février: 32 pages sur la Guerre 14-18

Sur le même sujet
Plus d'actualité