Michel Petrucciani

Ce documentaire consacré au célèbre pianiste se regarde en trois phases: il impressionne, il séduit. Mais, très vite, il ennuie.

135607

Si, au départ, on reste admiratif devant la pléthore de témoins et d’images d’archives rendant l’homme très sympathique et le travail du réalisateur très crédible, le résultat final ne résiste pas à l’analyse. Car ces cent minutes passent en fait à côté de l’essentiel: elles n’expliquent pas en quoi la maladie des os de verre dont était atteint le musicien a influé sur sa façon de jouer, lui conférant une manière aussi particulière de manier le piano.

Bref, le parti pris très people des témoins à sens unique genre "Michel, il était gentil et bon vivant", ainsi que l’aspect scolaire et très Wikipedia des commentaires éclipsent de ce documentaire ce qui fait la vie d’un musicien: la musique en elle-même. Il en sort donc un film un peu trop tout-terrain. Qui ne convertira pas des masses de non-initiés à la note bleue.

Michel Petrucciani
Réalisé par Michael Radford (2011). Avec Michel Petrucciani – 102’.

Plus d'actualité