Michel Gondry: Monsieur Bricolage

Le Français est devenu une valeur sûre d'Hollywood. Parce que c'est un surdoué à l'univers déjanté.

1645

Michel Gondry (45 ans) résout le Rubik’s Cube avec ses pieds. Mais ce n’est pas tout, il a aussi réalisé des clips vidéo pour Björk et les Rolling Stones, signé une publicité pour Air France et tourné des films avec Jim Carrey et Charlotte Gainsbourg. Résultat: le petit Français est devenu l’un des plus brillants réalisateurs d’Hollywood. Après quatre films d’auteur et un documentaire sur sa grand-tante (oui, l’homme est pour le moins surprenant), il s’acoquine aujourd’hui avec les studios et prend les commandes d’un blockbuster intitulé Le frelon vert. Série télé diffusée dans les années 60, Le frelon vert a permis au monde de découvrir un certain Bruce Lee.

[…]

Qu’est-ce qui vous a poussé à faire ce film?
Michel Gondry. – En réalité, je n’aime pas les films de super-héros. Ils transportent des valeurs qui ne sont pas les miennes. Mais dans le cas du Frelon vert, c’est différent, car le personnage principal (interprété par Seth Rogen) fait plus penser à Belmondo qu’à Superman. Ici, la vedette n’est pas le super-héros mais bien son partenaire. Son faire-valoir, comme disent les Américains. C’est ce qui m’a intéressé.

Vous parliez de valeurs liées aux films de super-héros. Quelles sont-elles?
Pour moi, ce sont des valeurs qui se rapprochent du fascisme. On adule des personnages qui sont des sortes de dieux. Je déteste l’idée que la ville s’appuie sur un personnage qui va régler les problèmes de tout le monde. Non, c’est la communauté qui doit s’unir pour prendre son destin en main. Dans les films de super-héros, la foule est toujours à la merci de l’intervention du sauveur. C’est avec ce genre de message qu’on se retrouve avec des pays gouvernés par des Berlusconi et des Sarkozy. On voit le résultat.

Vous dites ne pas aimer les super-héros. Avez-vous lu des comics américains?
Non. Mais j’ai fait école par moi-même. J’ai été baigné dans la BD belge avec Spirou, Gaston ou Tintin. En mélangeant tous ces personnages, je peux obtenir un super-héros mais à la sauce Michel Gondry.
Jérôme Colin

Le frelon vert
Notre avis: 3 étoiles

Sur le même sujet
Plus d'actualité