Michael O’Leary: Ce type n’a peur de rien

C’est un champion hors catégories. Au ras des tarmacs, le patron de Ryanair assène et insulte. On adore ou on déteste, mais c’est l'ex-petit comptable qui donne le ton. Son secret? Son appétit, tout simplement.

990428

C’est une petite porte d’un vert émeraude, au détour d’une rue commerçante de Douglas. La mer est à deux pas, tout comme les belles avenues abritant des milliers de sociétés off-shore réfugiées sur l’île de Man. Dans ce paradis fiscal calé en mer d’Irlande, le géant de l’aviation Ryanair joue à cache-cache avec la justice belge et la Commission européenne, qui n’ont pas renoncé à pincer pour de bon ce diable de Michael O’Leary. Mais le big boss de Ryanair emm… ce joli monde et utilise un langage fleuri pour le dire.

On le suspecte de frauder – derrière la porte verte de Douglas, il n’y a que du vent – ou de bénéficier d’aides d’Etat déguisées, à Charleroi, par exemple? O’Leary s’en moque. Il développe son business, fait tourner le boulier compteur. Pas plus tard que la semaine passée, le millionnaire irlandais a confirmé l’ouverture de lignes au départ de Bruxelles. C’est sa réponse aux petits soucis du moment. Légère baisse de la courbe des profits, tendance à la saturation des petits aéroports régionaux, augmentation des taxes à Charleroi. On ennuie "MOL" (Michael O’Leary)? Il montre les crocs. On aurait tendance à l’agresser sur ses terres? Pas grave, il adore ça et rend coup pour coup. MOL a toujours fonctionné ainsi. Pour lui, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise publicité. Tant qu’on parle de Ryanair, il gagne. A chaque polémique, les réservations de vols augmentent. O’Leary est archi-cohérent avec lui-même. Sa stratégie et sa politique de communication sont fondées sur un seul credo. Pour gagner la bataille des airs, il faut être le moins cher. Point. Pareil discours cartonne. Qui préfère payer 200 € pour un citytrip que la compagnie irlandaise  brade à 50 sous?

Lire la suite du portrait dans le Moustique du 4 décembre 2013

Sur le même sujet
Plus d'actualité