Merci, Serge

Ce 2 mars, ça a fait 20 ans que Serge Gainsbourg nous a quittés. Mais son influence reste palpable. La preuve avec deux albums de nouveaux venus débarqués à la rédaction tels des ovnis.

19767

Ce 2 mars, ça a fait 20 ans que Serge Gainsbourg nous a quittés. Mais son influence reste palpable. La preuve avec deux albums de nouveaux venus débarqués à la rédaction tels des ovnis.

Nous commençons par l’hommage – voire le plagiat… – le plus flagrant avec « Nous étions Dieu » de Nicolas Comment. Ce frenchieténébreux repéré par Rodolphe Burger ressuscite le Gainsbourg dandy de Melody Nelson en y ajoutant les guitares de Walk On The Wild Side et la poésie rock du Miossec des débuts. Avec de telles références, avec un tel talent aussi (essayez La femme en flammes, Je te vœux ou Suicide Girl pour vous en convaincre), c’est le disque que Les Inrocks vont adorer… et que Libération descendra pour les mêmes raisons. Ou vice versa.

On passe ensuite à « Une vie de rêve » du groupe Red Lili. Il y a du Daniel Darc dans l’air avec le single Paris est moche, clin d’œil au Paris de Taxi Girl. Il y a un peu de Daho à la sauce « Satori Pop » dans les rythmiques. Il y a beaucoup de tonalités à la Serge Gainsbourg dans la voix du chanteur, voire dans sa manière de faire sonner les mots comme en témoignent les subtils Mysterious Of Love et Le Bang. Si on résume, ça nous fait un groupe sexy sorti de nulle part, qui s’exprime en français, jouant comme les cousins anglo-saxons et revendiquant des références sans faute de goût. Ça sent le gros buzz chez Libé et la descente en flammes aux Inrocks. Ou vice versa. – L.L.

Nicolas Comment

Nicolas Comment – Nous étions Dieu
PiaS
Notre avis: 3 étoiles

Red Lili

Red Lili – Une vie de rêve
Green L.F.ant
Notre avis: 2 étoiles

Nicolas Comment – Nous étions Dieu

 

Red Lili – Sur des Routes au Soleil (Live)

Sur le même sujet
Plus d'actualité