Matthew McConaughey: Poster Boy

Il avait tout pour lui. Une belle gueule, de bons premiers films. Et puis il a merdé. Mais aujourd’hui, avec La défense Lincoln, il espère changer d'image.

33461

Dans les années 90, Matthew McConaughey déboulait comme une belle promesse. Attachant comme tous les beaux gosses vulnérables, il s'imposait en quelques films (Le droit de tuer, Contact, Amistad, En direct sur Ed TV). Et puis il s'est vautré. Créant l'événement dans les pages people des torchons à scandales et enchaînant un chapelet de comédies édifiantes (Comment se faire larguer en 10 leçons, Playboy à saisir, Hanté par ses ex). Une récente et "indispensable" étude montre que Matthew McConaughey s’est retrouvé torse nu dans 67 % des films qu’il a tournés. C’est toujours mauvais signe. Et pour cause, au fil du temps, l’acteur s’est lui-même réduit au seul statut de beau gosse. Pas assez pour faire une star.

Rangé du trash

McConaughey n’a donc pas eu la carrière qu’il aurait dû avoir. "Encore que je ne trouve pas m'être déshonoré à tourner des comédies romantiques à la pelle dans les années 90. Mais il est vrai qu'un jour, j'ai réalisé qu'on ne m'envoyait plus de script intéressant. Un truc qui vous donne la pêche, qui vous donne vraiment envie de travailler. Car il est vrai que la plupart des comédies romantiques, si vous les recevez le dimanche soir, vous pouvez commencer à tourner le lundi matin. Ça peut foutre un coup à la motivation."

Il a donc fallu en finir avec l’adolescence (phénomène qui semble durer plus ou moins longtemps selon les individus). Aujourd'hui, finies les conneries. Terminées les virées VIP hollywoodiennes. Au placard les arrestations pour tapage nocturne et consommation de cannabis. À 42 ans, Matthew McConaughey s’est rangé du trash. En couple depuis 2006 avec Camila Alves, un top model brésilien qui lui a donné deux enfants, le beau mec s’est posé. "Le scénario de La défense Lincoln est arrivé à point. Un rôle avec quelque chose à jouer, avec de la viande autour de l'os. Il était temps. C’est incroyable tout de même que ce soit encore un rôle d’avocat qui vienne me tirer d’affaire. Aussi loin que je me souvienne, gamin, je racontais à tout le monde que je voulais défendre les gens." Ce n’est donc pas un hasard si c’est dans cette fonction qu'il a interprété ses plus beaux rôles. Dans Le droit de tuer de Joel Schumacher, Amistad de Steven Spielberg et aujourd’hui La défense Lincoln, tiré d’un roman de Michael Connelly.

Sur la défensive

C’est l’histoire d’un jeune avocat qui travaille sur ses cas à bord de sa voiture (une Lincoln, d’où le titre du roman). Sa clientèle: des mecs coupables, dont un jeune play-boy de Beverly Hills accusé du viol d’une prostituée. "Ce qui me fascine dans le droit, c’est que ce soit un passionnant jeu de négociations. En préparant La défense Lincoln, j’ai été très étonné de constater que très peu de cas en viennent au procès. Le procureur et l’avocat de la partie civile se rencontrent souvent à côté et marchandent la peine de leur client. La justice est presque une industrie. Des gagnants, des perdants, qui est le suivant?"

Et alors qu’il évoque sa passion pour les films "de tribunal", McConaughey en vient à se raconter entre les lignes… "Je ne cesse de lire des comptes-rendus d’audience dans les journaux. Le principe même de la défense me fascine, car je crois en la réhabilitation de chacun. Et je crois être bien placé pour pouvoir en parler. La défense fait aussi partie de ma vie. Quand je regarde en arrière, j’ai toujours été sur la défensive. Et même dans tous les sports que j’ai pu pratiquer. Au football, j’étais gardien. Au base-ball, j’étais catcher. Au football américain, j’étais linebacker. Je m’en fichais d’être quaterback ou striker, je voulais jouer la défense. Parce que franchement, on peut tous emprunter la mauvaise direction. C’est pourquoi j’ai pris soin de moi (faisant référence ici à ses consommations illicites – NDLR) avant qu’il ne soit trop tard."

Quoi qu’il en soit, il faudra du temps à McConaughey pour effacer son image de poster boy. Une seule recherche sur Internet confirme les faits. À la requête de son nom, Google propose automatiquement "sex-symbol". S’il opère de bons choix et si la chance lui sourit dans les prochaines années, Matthew McConaughey pourrait devenir la star qu’il devrait être depuis bien longtemps. Mais pour ça, il faudra continuer à marcher tout droit!

La Défense Lincoln – Bande-annonce

Sur le même sujet
Plus d'actualité