Martin Volkaerts a quitté les cuisines de Top Chef

Eliminé ce lundi, le jeune Belge revient sur ses casseroles dans Top Chef.

1305665

Participer à Top Chef, c'était un rêve?

Martin Volkaerts – Oui, clairement, j'y pensais depuis le début de l'émission, quand je venais de débuter mes études. Je regardais le programme religieusement et ça m'a toujours fait envie. C'est une belle étape à ajouter dans mon parcours, en plus de mon stage au Noma (le meilleur restaurant du monde, à Copenhague). Je suis très content d'avoir pu le faire, c'était une expérience très humaine.

Un rêve qui s'arrête un peu tôt, malheureusement… Aviez-vous des craintes avant de participer à l'émission?

M.V. – J'avais très peur d'être éliminé en premier! Le plus dur, c'était la première épreuve. Et puis après, on prend de plus en plus de plaisir, on essaie de se dépasser. Je suis vraiment déçu d'être éliminé si tôt dans la compète, mais ça fait partie de la vie et surtout du jeu. J'ai eu un problème de cuisson sur un agneau, il a fallu trancher entre Kevin et moi. Je pense que ça ne s'est vraiment pas joué à grand-chose.

Certains candidats éliminés se plaignent en disant que cette année, c'est le Top Chef des jurés. Vous êtes d'accord?

M.V. – Pas du tout. Ils ont leur place dans cette compétition. C'est un vrai plus qu'ils participent autant au programme. Ils n'écrasent pas du tout les candidats, ils permettent d'aller plus loin, nous conseillent. D'après moi, ceux qui disent ça sont ceux qui n'ont jamais su écouter leurs supérieurs. Pour moi, ces candidats-là n'ont pas assez d'humilité, ils croyaient tout savoir et ça leur a fait défaut.

Julien, le seul étoilé de la compétition, a quitté l'aventure avant vous. Ça vous a étonné?

M.V. – Ça m'a surtout rendu triste! C'était le candidat avec lequel je m'entendais le mieux. Du coup, quand il est parti, ça m'a foutu un gros coup au moral. Je me suis dit "Merde, comment je vais faire pour aller boire des coups maintenant?" (Rire.) Lui et Kevin, ce sont les deux plus sympas.

De quel plat réalisé dans Top Chef es-tu le plus fier?

M.V. – La ratatouille en dernière chance! En plus, j'ai rendu honneur à mon surnom à cause de ma prétendue ressemblance avec Rémi Linguini, le cuisinier du film de Disney. (Rire.)

Quelle est la question que vous a posée le plus votre entourage depuis l'annonce de votre participation à Top Chef?

M.V. – Ils voulaient tous savoir si Philippe Etchebest était sympa en vrai. La réponse est: oui (rire). Et puis évidemment, si j'avais remporté l'émission. Je peux désormais leur dire: non. Ce qui ne va pas m'empêcher de continuer à défendre la cuisine belge, de faire plaisir aux clients de l'Amandier (le resto où il travaille, à Genval), et qui sait, peut-être, d'avoir un jour une étoile en élaborant ma passion des herbes dans la cuisine.

Sur le même sujet
Plus d'actualité