Marius et Fanny

Daniel Auteuil adapte encore du Pagnol. Pas spécialement pour le meilleur, parfois même pour le pire.

899499

"J’imagine que certains vont me reprocher de remuer la poussière", confiait l’ex-Ugolin lors de la sortie de La fille du puisatier, son adaptation poussive mais de temps en temps sensible d’un classique de Marcel Pagnol. "Mais je trouve que les grands rôles sont faits pour être rejoués par des acteurs d’aujourd’hui." C’est donc cette logique qu’il a poursuivie en adaptant Marius et Fanny, les chants de grillons en plus, l’état de grâce en moins. Car aucun des comédiens qui s’agitent ici (pas même Auteuil lui-même) n’est autant à son affaire que ne l’étaient Pierre Fresnay ou Raimu dans les films originels. Et le spectateur a souvent l’impression d’assister à la captation d’un spectacle d’amateurs tentant, souvent maladroitement, de prendre l’accent provençal.

En résumé, ces deux films qui sentent bon la lavande et le pastis exhument aussi un parfum trop scolaire. Dans Marius, le jeune homme finit donc par abandonner Fanny. Il prend la mer tandis que le film prend l’eau. Et dans Fanny, la jeune femme, enceinte de son compagnon parti faire le tour du monde, accepte un mariage forcé pour sauver les apparences… juste au moment où son amant d’un soir jette l’ancre et cherche à la reconquérir.

Très peu crédible dans le rôle de la mère de Fanny, Marie-Anne Chazel donne au tout des airs de Bronzés à Cassis,très peu aidée par une mise en scène lente et des scènes plus longues qu’une sieste sur le Vieux-Port. Bref, tout cela s’avère très théâtral et souvent inutile. Auteuil était brillant dans Jean de Florette et Manon des sources du même Pagnol. Mais en se complaisant à la fois dans la réalisation et dans ce sud qu’il aime tant, il a fini par perdre le nord.

Marius (sortie le 10/7) – Fanny (sortie le 17/7)
J Réalisé par Daniel Auteuil. Avec Daniel Auteuil, Raphaël Personnaz, Jean-Pierre Darroussin – 93’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité