Mariage à Mendoza

Sourire carnassier et repartie en embuscade dans Comme des frères (autre road movie déjà sorti), Nicolas Duvauchelle est dépressif chronique dans Mariage à Mendoza.

773379

Pour tenter de le requinquer, son frère l’emmène aux noces de leur cousin. Direction Mendoza, dans l’ouest de l’Argentine.

Au programme: nuits chaudes de la capitale, beauté des paysages et hospitalité locale. Mais les visiteurs vont aussi, et surtout, croiser un illuminé de seconde zone, une beauté de première classe, des pierres censées apporter le bonheur et des cigarettes qui font rire.

Et plus le lieu des festivités se rapproche, plus c’est pire!

Sorte de Very Bad Trip, la vulgarité en moins et la fraîcheur en plus, ce premier film d’Edouard Deluc est un petit coup de maître.

Grâce à un casting savamment déséquilibré construit sur le contraste entre le taciturne Duvauchelle, Philippe Rebbot en échalas bien barré et l’insaisissable pince-sans-rire Benjamin Biolay!

La musique, signée Herman Dune, confère un fameux supplément d’âme aux errements des frangins qui traversent un film qui ne faiblit ni en intensité ni en situations cocasses du début à la fin.

 

Mariage à Mendoza
Réalisé par Edouard Deluc. Avec Nicolas Duvauchelle, Philippe Rebbot, Benjamin Biolay – 94’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité