Mais qui organise le buzz des Diables?

Hier, ils n'intéressaient plus personne. Aujourd'hui, ils jouent à guichets fermés. Merci le marketing? Retour sur la stratégie de com des Diables rouges. Un vrai défi.

917083

Ce n’est plus un secret, notre équipe nationale déclenche un véritable buzz à la veille de chacun de ses matches. Pour la cinquième fois consécutive, les Diables rouges joueront leur prochain match, face à la France, dans un stade Roi Baudouin plein à craquer. Et dire qu’il ne s’agit là que d’une "simple" rencontre amicale…

"Honnêtement, on ne s’attendait pas à un tel succès."

Elle est bien loin l’image d’une Fédération nationale (et d'une équipe!) à la ramasse, dépassée et critiquée. Aujourd’hui, l'Union belge a pris du galon et a prouvé à quel point elle pouvait être efficace. Elle récolte en tout cas le fruit d’années de préparation, nous explique Benjamin Goeders, responsable marketing de l’Union belge: "Les gens ont l’impression que les campagnes de marketing sont quelque chose de nouveau au sein de la Fédération, mais pas du tout! Des campagnes "images", on en organise depuis maintenant plus de six ans." Et c’est vrai, en 2008, la première grosse action de l’Union belge s’intitulait "We believe", manière d'inviter les supporters à faire bloc autour d'une jeune équipe nationale alors en construction. A l’époque, cette campagne avait été soutenue par les anciennes gloires du football belge, l’équipe de Mexico 86. Trop has been, visiblement. Moqueries et critiques avaient rappelé à quel point il est difficile de se construire une image positive sur commande.

La page Facebook des "Belgian Red Devils" compte à ce jour plus de 100.000 fans.

Tout sur le marketing des Diables Rouges dans votre Moustique de ce 7 août.

Sur le même sujet
Plus d'actualité