Looper

Propulsez-vous en 2044, dans une Amérique imaginaire où les tueurs à gages doivent abattre des témoins venus du futur... et boucler la boucle (d'où le titre looper en anglais).

648978

Joe est un looper francophile et dandy, qui s’acquiert de sa tâche froidement. Jusqu’au jour où celui qu’il doit tuer n’est autre que lui-même, avec trente ans de plus. Ce thriller de science-fiction d’un genre nouveau repose sur deux atouts majeurs.

Le dilemme existentiel d’un homme dressé contre lui-même à des âges différents – Joe-jeune se bat pour changer l’avenir, Joe-vieux pour préserver son passé. Et la confrontation physique du nouveau hit boy américain Joseph Gordon-Levitt (vu dans Inception et Dark Knight rises) avec la plus hollywoodienne des stars de blockbusters, Bruce Willis.

La première partie du film nous bluffe pour sa créativité visuelle et ressemble peut-être à ce que pourrait être un film de SF réalisé par Tarantino (acteurs ultra-stylisés, cadrages très comics strips et montage cut). La deuxième partie (axée autour de la femme aimée par Joe-jeune, interprétée par la très anglaise et un peu soporifique Emily Blunt) nous exaspère en apportant un côté naturaliste qui ne correspond plus au film.

Tournées dans une ferme américaine et autour du rapport mère-fils, les scènes de violence sortent alors du cadre de la SF et dérivent vers une légitimation de la violence absolue, qui fait parfois de Looper un film pour Texans porte-flingues militant pour la peine de mort.

C’est pas forcément l’Amérique qu’on aime. Et le virage freaks final du film, avec cet enfant-faiseur de pluie pourra réjouir les amateurs de spectacle à tout prix, ou dégoûter les plus sensibles. A consommer avec précautions donc.

Voir les salles où ce film est à l’affiche

Looper
Réalisé par Rian Johnson. Avec Bruce Willis, Joseph Gordon-Levitt, Emily Blunt – 119′.

Sur le même sujet
Plus d'actualité