Lincoln

Après Tarantino avec Django Unchained sorti la semaine dernière, c’est au tour de Spielberg de s'attaquer à l'esclavage, chapitre encore honteux des livres d’histoires des Etats-Unis.

755047

Mais si le premier s’y prend de manière extatique, le second se révèle nettement plus académique. Voire carrément pédagogique dans la première heure du film, parfois plombante, mais il est vrai, souvent utile.

La seconde partie, elle, se révèle nettement plus vivante et universelle. Car elle s’intéresse d’avantage aux contradictions des personnages qu’à l’histoire solennelle reprise dans les manuels scolaires. Et il y a du boulot!

Surtout quand Spielberg démontre avec brio et subtilité que la défense d’une cause noble est aussi souvent considérée par les grands de ce monde comme la garantie d’un passage à la postérité, au moins aussi important que le chemin de milliers d’Africains vers la liberté.

Film d’une nation qui éprouve le besoin d’exhumer les épisodes les plus glorieux de son passé pour se rassurer sur son avenir pas très rose, Lincoln ne déçoit donc pas sur la longueur.

Porté par une brochette d’excellents acteurs (Day-Lewis en tête) et par une mise en scène limpide, ce film mérite une grande partie de nos suffrages sans pour autant viser un record en voix de préférence.

Lincoln
Réalisé par Steven Spielberg. Avec Daniel-Day Lewis, Sally Field, David Strathaim – 150’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité