L’homme qui vend des iles

Fahrad Vladi possède un catalogue unique au monde. Ses clients: Mariah Carey, Nicolas Cage, Luc Besson et Mme Bettencourt bien sûr!

1693

Trente-cinq années ont passé, mais il se souvient dans le moindre détail de cette journée particulière. Fahrad Vladi n’avait pas encore cette allure de vieux sage qui a tout vu, tout vécu. Il était un jeune homme exalté et avide d’aventures. Il embarque au petit matin sur un bateau militaire avec Shahram Pahlavi, neveu du chah d’Iran, et son épouse. Le couple princier explore les Seychelles, en quête d’un îlot à acheter. Ça tombe bien, Vladi a un diamant brut en magasin. On lui a parlé d’une île hors du commun, bordée par un lagon peuplé de raies pastenagues et de tortues centenaires, certaines étant nées la même année que Marcel Proust (1871). On lui a raconté que, sur ses immenses plages, le crabe bleu géant apparaît parfois, avant de retourner faire le mort dans les profondeurs de la lagune. Un trésor caché quelque part au milieu de nulle part. En plein océan Indien, à la hauteur de l’atoll Saint-Joseph, à 250 kilomètres au sud de Mahé.

Le périple dure une éternité, il fait chaud. La nuit leur tombe sur la tête. « Enfin, on a aperçu l’ombre d’Arros se découper sur le ciel », se rappelle Vladi. Les projecteurs du navire se braquent sur ce tas de sable qui dépasse de la mer et révèlent une plantation de cocotiers, avec une petite maison traditionnelle sur la plage. « Le charme a opéré instantanément, continue Vladi. Arros était une île magnifiquement sauvage. » Confort primaire et bonheur total. Le prince iranien a le coup de foudre. Arros est à vendre, Arros est à lui. Deux décennies de vacances idylliques plus tard, il revend sa parcelle d’Eden à un couple de Français. M. et Mme Bettencourt. On connaît la suite: la piscine taillée dans le corail, les leçons de plongée de madame, la construction d’une piste d’atterrissage, le mystère sur l’identité réelle du propriétaire, les soupçons de fraude fiscale…

Prudent, Fahrad Vladi s’arrête net. Que ce soit clair, il ne connaît pas les Bettencourt et ça fait un bail qu’il n’a pas mis les pieds à Arros. Ce qui compte, c’est son titre de meilleur vendeur d’îles privées au monde. Micromarché lucratif. Cet homme de 63 ans, mélange de sang perse et allemand, a cédé 2.000 îlots en tout genre depuis ses débuts, en 1971. Il a traité avec les plus grands, hommes d’affaires, banquiers, héritiers ou stars de cinéma. Exemples: c’est lui qui a vendu Rocky Island (Canada) à Tony Curtis, qui aimait à y peindre ses toiles. C’est encore lui qui, à la mort de John Wayne, a cherché un acquéreur pour son île de Taborcillo (Panama) dont ses descendants ne voulaient plus. Lui encore qui a aidé Nicolas Cage à trouver l’île de ses rêves aux Bahamas. Idem pour Mariah Carey, Diana Ross, Dietrich Mateschitz (le payton de Redbull) ou Luc Besson. Quel riche et célèbre n’a pas son île?

Entre l’aventurier et l’érudit

Entre deux avions – il revient de Porto Rico et repart pour Halifax -, à Hambourg, il reçoit dans son bureau bourré de vieilles cartes topographiques à l’échelle 1/25.000, de relevés maritimes et de globes terrestres patinés par des mains baladeuses. Vladi se situe quelque part entre l’aventurier et l’érudit, une sorte d’Indiana Jones qui se serait spécialisé dans le patrimoine mondial de l’humanité flottante, et en aurait – par la même occasion – fait son beurre. Globe-trotteur professionnel, Vladi et ses 40 employés gèrent une base de données de 12.000 îles sur la planète.

Il n’y a pas un centimètre carré d’eau salée qui ait de secrets pour lui. Pour chaque îlot recensé, des notes historiques, le nom des précédents propriétaires, des photos aériennes, des brochures touristiques, un état des lieux sur la fiscalité locale. Vladi propose aujourd’hui 120 îles dans son catalogue – de 100.000 dollars à 50 millions de dollars – et en vend une trentaine par an.

Tout commence avec une rêverie de petit garçon. Happé par la lecture monomaniaque de Robinson Crusoé, il peine à quitter son île déserte quand sa mère l’appelle pour pass

Sur le même sujet
Plus d'actualité