Les trois mousquetaires

Les puristes s’étrangleront devant ces Trois mousquetaires de Paul W.S. Anderson. Les poseurs de salons prout-prout prendront un malin plaisir à détester le film et surtout le faire entendre.

65919

Les lecteurs compulsifs, plus intelligents et plus authentiques, n’y porteront pas plus d’attention qu’aux dizaines d’autres adaptations cinéma du roman. "Dumas va (encore) se retourner dans sa tombe", diront certains à coup sûr.

Oui, mais voilà, personne, quoi qu’on en dise, ne peut en être sûr. Envisageons donc simplement le film pour ce qu’il est: un divertissement prioritairement destiné aux adolescents. Et dans l’état, il n’est pas si mal. Oui, les personnages sont des coquilles vides et le scénario, simpliste et cadenassé, n’apporte pas de surprise.

Mais Anderson, mêlant avec une certaine adresse le film de cape et d’épée… et de pirates (offrant un grand spectacle aéronaval), crée l’étonnement, se permettant de surcroît un bel hommage au cinéma de genre qu’il dépoussière avec une vraie originalité.

De mémoire de cinéphile, cela fait longtemps qu’on n’avait plus vu un si beau duel à l’épée. Bref, les plus de 20 ans ont droit aussi à leur madeleine. De grande consommation, peut-être. Mais c’est une vraie madeleine.

Les trois mousquetaires
Réalisé par Paul W.S. Anderson (2011). Avec Logan Lerman, Milla Jovovich, Orlando Bloom – 110’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité