Les tops et les flops du 20 juin

Chaque jour, la rédaction de Moustique attribuera ses bons et ses mauvais points. Au diable les fiches techniques, nous, ce qui nous intéresse, c'est tout ce qui fait le match: du geste technique à la faute de... goût.

1126943

TOP

Carte rouge l’arbitre!

Le premier renvoi à la maison du tournoi a eu lieu… Non, il ne s’agit pas d’un joueur surpris lors d’une virée nocturne sur les plages chaudes d’Ipanema (comme les Hollandais Sneijder, de Jong et Kuyt) ou coupable d’atteinte à la pudeur dans la piscine de leur hôtel (comme les Croates Corluka et Lovren).
Mais bien d’un… arbitre de touche, le colombien Humberto Clavijo, jugé fautif d’avoir signalé deux hors-jeux inexistants lors de Mexique-Cameroun (1-0). Le département arbitral de la FIFA a décidé d’écarter le referee incriminé. En rassurant (?) toutefois: l’homme n’est “pas concerné par une enquête pour corruption“. L’équité est sauve.
 

La Coupe du Monde des surprises

On l’appelait “le groupe de la mort“. Et c’était vrai. Sauf qu’entre l’Italie, l’Angleterre et l’Uruguay, on n’avait pas imaginé que ce serait le Costa Rica – la “Suisse d’Amérique“ – qui endosserait le rôle du tueur. Et pourtant… Après l’Uruguay, c’est contre la bande à Pirlo que les “Ticos“ ont fait résonner les “olé“: 0-1, unique but de l’ex-gantois Bryan Ruiz. Dégâts collatéraux: les Three Lions anglais sont officiellement éliminés, après seulement deux matchs. Comme l’Espagne.
 
 

FLOP

La suspicieuse incertitude du sport

Les Costariciens (et non “Costaricains“), eux, sont déjà qualifiés. Une performance étonnante pour le “petit Costa Rica“ qui semble élever des soupçons du côté de la FIFA. Après le match, celle-ci aurait convoqué sept joueurs du Costa Rica au contrôle anti-dopage au lieu des deux ou trois habituels. Indécentes, ces suspicions? La FIFA ne croit-elle plus à la glorieuse incertitude du sport?
 

Les non-buts de Benzema

Benzema est en pleine bourre. C’est d’ailleurs lui qui s’est créé le plus d’occasion depuis le début du Mondial. Mais il n’est pas de bol. Contre le Honduras, on lui a retiré la paternité du deuxième but des siens, attribué au gardien adversaire (goal contre son camp). Hier soir, le panneau d’affichage de Suisse-France est resté bloqué à 2-5, malgré un “sixième“ but d’anthologie de Karim. “Je tire mais je n’avais pas entendu que l’arbitre avait sifflé la fin du match…“, explique l’avant-centre le plus bouché du Mondial, qui a aussi raté un péno contre les Helvètes… C’est con… La presse avait déjà un super titre, inspiré par le stagiaire: “Jeu, set et match pour la France“. Huhu. Tandis que Karim, lui, aurait pu être seul en tête du classement des buteur. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité