Les séries sont-elles frappées de mégalomanie?

Réalisateurs hollywoodiens, scénaristes impayables, décors pharaoniques… De Rome à Boardwalk Empire, de Terra Nova à The Pacific, les séries télé sont frappées de mégalomanie.

34265

Un pilote à 20 millions $! Terra Nova, le nouveau blockbuster de Steven Spielberg, sera-t-il le feuilleton le plus cher de toute l'histoire? Au regard des nombreuses polémiques qui secouent le projet et des mois de retard accumulés par cette superproduction télévisuelle, tout porte à le croire. "Le budget du show est totalement versatile, rapporte une source proche des studios. Ils sont allés jusqu'en Australie pour construire un plateau digne du prochain Jurassic Park!"

Il faut dire que cette histoire de famille droppée au temps des dinosaures pour réécrire le destin de l'humanité n'est pas le pitch le plus facile à adapter. Décors pharaoniques, effets spéciaux inédits, réalisateurs ultracotés… Sans oublier les nombreux imprévus. Comme la démission du scénariste David Fury (Lost, 24h Chrono) qui a préféré quitter le navire en raison de nombreux désaccords financiers et créatifs.

La nouvelle série phare de la Fox a donc mis la main au portefeuille pour se payer les meilleures plumes de Hollywood. Avec un cachet moyen estimé à quelque 200.000 $ par semaine, aucun scénariste télé n’avait jamais touché un tel pactole. Alors, forcément, l’addition est salée. Avant même de tourner la première scène du pilote, les douze coproducteurs de ce show dantesque auraient déjà claqué plus de 10 millions $. Ce qui représente déjà quatre fois le budget standard d’un long métrage fantastique français…

Rome chute et Boardwalk Empire contre-attaque

C’est la loi des séries. Depuis que le genre s'élève au rang de production cinématographique, la folie des grandeurs est de mise. La crème des réalisateurs hollywoodiens s’approprie, d’ailleurs, la série télé pour la réinventer. Comme Steven Spielberg avec Terra Nova, mais aussi Michael Mann et Luck ou Martin Scorsese sur Boardwalk Empire. Avec sa jetée entièrement reconstituée, ses Rolls Royce et ses costumes d’époque, ce dernier show est l’une des séries les plus extravagantes de l’Histoire. Et pour retracer les débuts de la prohibition à Atlantic City, "Marty" a déjà lâché plus de 60 millions $, dont 18 millions rien que pour le pilote. En attendant la note de la deuxième saison…

Les fictions historiques enchaînent forcément les records. La preuve avec les 120 millions $ de budget de Band of Brothers ou les 150 millions $ engloutis par la minisérie The Pacific. Mais le feuilleton qui a pété les plombs avant tous les autres est sans conteste Lost avec un pilote de près de 10 millions $. Un premier record historique! Si le producteur J.J. Abrams s’est contenté de limiter les décors au paysage naturel de l'île, il s’est en revanche permis l’un ou l’autre petit caprice. Au lieu de reconstituer les débris du vol Oceanic 815, il a par exemple exigé qu’on lui livre une véritable épave de Boeing 777 sur la plage. Coût du transport des débris: 250.000 $. Les producteurs exécutifs ont tenu bon et ils ont eu raison. Ce qui n’est malheureusement pas le cas de toutes les séries, même les plus plébiscitées.

L'excellente Rome en est le parfait exemple. Alors que la première saison, ses temples, ses rues et ses villas patriciennes avaient déjà coûté plus de 100 millions $ à la chaîne, les décors de plus en plus imposants et les effets spéciaux nécessaires à la reconstitution de la bataille de Philippe et de la ville d'Alexandrie ont fait grimper l'addition de la deuxième saison à 125 millions $. Sans compter l'incendie qui a ravagé une bonne partie du studio romain mis à leur disposition… Malgré son succès critique et public indéniable, le péplum de HBO a fini par vaciller.

200.000 $ les 30 secondes

Alors, pour tenter d'éponger leurs dettes monstrueuses, les séries mégalos font des sacrifices. À commencer par la délocalisation… Game of Thrones, la nouvelle saga fantasy médiévale de HBO, se tourne en Irlande du Nord et à Malte, Terra Nova se shoote en Australie. Le deal? Le gouvernement propose de nombreuses aides et fait front commun avec des sociétés de production locales pour appuyer le projet. En échange, le réseau américain s’engage à employer 80 % de locaux dans ses équipes de tournage. Du win-win. Car la Fox compte bien entendu réaliser de solides économies sur la main-d'œuvre. Même si les 214 $ de salaire journalier proposés aux acteurs australiens par la chaîne ont suscité la colère des syndicats locaux. Il faut dire que le barème établi par les accords internationaux est fixé à 809 $. Sans compter les bénéfices sur les rediffusions ou les ventes de DVD qui n’étaient pas compris dans l’offre du géant US… La palme de la délocalisation revenant à la série Lost qui a dépensé plus de 220 millions $ à Hawaii entre 2006 et 2009, accumulant un crédit d'impôts de quelque 23 millions $…

Pour rentabiliser la série au maximum, les producteurs misent également tout sur le fameux "2-hour premiere", un double épisode pilote qui pourra être revendu aux chaînes du monde entier sous le format d'un téléfilm. Les meilleurs se négociant jusqu'à 8 millions $. Les ventes de DVD peuvent aussi rapporter jusqu'à 50 millions $ par saison. Et il reste encore les écrans publicitaires… Avant que Mon oncle Charlie ne soit interrompu pour cause de délire mégalomaniaque de Charlie Sheen, le programme phare de CBS vendait chaque spot de 30 secondes 200.000 $. Soit 3 millions $ par soirée et 155 millions $ par an… Malgré ces recettes, le salaire de la star, réévalué à 1.250.000 $ par épisode, n'était plus supportable par le richissime network. Trop, c'est trop. Même pour les séries les plus mégalos.

Rome à partir du 18/6 Arte
The Pacific à partir du 21/6 La Une

<object height= »341″ width= »425″><param name= »movie » value= »http://img.filmsactu.net/images/swf/embed2.swf?v=53″ /><embed allowfullscreen= »true » allowscriptaccess= »always » flashvars= »config=http://cinema.jeuxactu.com/video2-embed-7483.xml » height= »341″ src= »http://img.filmsactu.net/images/swf/embed2.swf?v=53″ type= »application/x-shockwave-flash » width= »425″></embed></object></p>

Sur le même sujet
Plus d'actualité