Les Rayures du Zèbre: la Planète foot

Ce n’est pas le feu d’artifice pressenti. Mais Les Rayures du Zèbre dégagent quelques bons gags et de jolies émotions.

1031158

Réalisé par Benoît Mariage. Avec Benoît Poelvoorde, Marc Zinga, Tatiana Rojo – 80’.

Après Les Convoyeurs attendent et Western, les Benoît Mariage et Poelvoorde reviennent avec Les Rayures du Zèbre. L'histoire? José (Truculent Benoît Poelvoorde) est agent de footballeurs. Lorsqu’il déniche Yaya en Afrique, il l’emmène en Belgique, persuadé d’avoir trouvé la poule aux œufs d’or. Mais rien ne se passera comme prévu… Benoit Mariage (qui renoue avec l’ironie douce de ses reportages dans strip-tease) s’offre le luxe de ne pas choisir entre la farce bien grasse et la saillie sociale, effleurant de sa caméra l’exploitation des joueurs de foot venus d’Afrique.

 

"J’ai toujours trouvé les films sur le foot un peu trop monolithiques", expliquait-il récemment. Pas faux! Car ceux-ci se rangent généralement en trois catégories. Les pures comédies (le Belge et récent Je suis supporter du Standard). Les films à vocation héroïque qui valorisent l’effort et les muscles bien saillants (A nous la victoire). Et les œuvres plus sociales (A mort l’arbitre ou Coup de tête avec un Patrick Dewaere légendaire). Une exception dans tout ça: Looking for Eric de Ken Loach (2009), à la croisée des chemins entre fantastique, comédie, drame social et hommage baba à Cantona.

 

Et donc, en essayant lui aussi de mélanger les genres, Mariage livre un film qui, s’il ne fait ni rire aux larmes ni réfléchir au fond des choses, reste attachant. Parce que porté par un duo bien senti entre Poelvoorde et l’acteur flamand Tom Audenaert (Excellent dans Hasta La Vista). Tandis que Marc Zinga tient aussi bien la barre dans son rôle de footballeur ivoirien catapulté sous les terrils de Charleroi. – F.V.

Sur le même sujet
Plus d'actualité