Les Nuits Bota: C2C, C2 la balle

Les quatre Nantais ont transformé le chapiteau en souk.

386141

C’est l’histoire d’un phénomène. Les quatre Nantais sont actifs au sein de C2C, ex-Coups 2 Cross, depuis 1998. Ce ne sont pas de parfaits inconnus, deux d’entre eux font partie de Hocus Pocus, Victoires de la Musique 1998 dans la catégorie musique urbaine.

Dans le petit monde du « turntablism », ils sont également célèbres pour être quadruples champions du monde par équipe du DMC, la réputée compétition mettant en lice la crème des DJ’s. Mais c’est cette année qu’ils explosent vraiment : d’abord programmé à l’Orangerie, leur concert a été déplacé sous le chapiteau étant donné la demande de tickets. Tout cela sur foi d’un seul EP – un album est programmé – et de prestations live incendiaires.

Mercredi soir, lorsque retentit une première note, sur le coup de 22h30, le chapiteau est pris d’assaut. Et le concert n’a même pas encore commencé que déjà le public est surchauffé et trépigne littéralement sur place. Derrière quatre pupitres surélevés, sur lesquels sont posés leurs platines et leurs « mixettes », les Français ont déjà partie gagnée.

Mais loin de s’en contenter, ils vont directement rentrer dans le vif du sujet. A coups de scratchs et de breakbeats, ils malaxent leur matière sonore et font encore monter l’ambiance d’un cran. Hip-hop, électro, house, funk, jazz, rock, leur moulin se nourrit de différentes eaux.

Et, petit miracle, à partir de tous ces éléments, et de leurs huit mains agiles, ils réinventent de vraies mélodies qui font groover le public. Malins, ils sont conscients aussi que lors d’un show statique, il faut soigner le visuel. Les quatre pupitres, qui s’assemblent donc de différente manière (à front de scène, en quinconce,…), sont chacun pourvus d’un écran sur lequel des formes géométriques se construisent et se déconstruisent au rythme des beats qu’ils envoient.

Un duel de scratchs et des interventions au micro sont également là pour garantir que l’ambiance ne retombe pas. Au final, leur grosse heure de concert, qui passe trop vite, figurera certainement au rayon des prestations marquantes de cette édition des Nuits. Et nous, on est déjà impatient de les revoir le dimanche 15 juillet à Dour.

Photos: Xavier Marquis

Sur le même sujet
Plus d'actualité