Les lecteurs de Moustique ont rencontré Maurane

Parfait reflet de sa personnalité entière et fragile, "Ouvre", nouvel album de la chanteuse belge, rappelle pourquoi son public se sent si proche d'elle.  

1242071

Mercredi 12 novembre, dans une suite accueillante de l'hôtel Steigenberger, avenue Louise. C'est jour de fête. Maurane célèbre son anniversaire et la sortie de son nouvel album "Ouvre". D'ici une bonne heure, elle va découper le gâteau et faire sauter les bouchons avec les amis et "les gens de la profession". Mais en attendant, elle accueille les lecteurs de Moustique pour une rencontre comme on les aime: sans prise de tête et sans langue de bois. Entre un fou rire, une vanne, un peu d'autocritique et des mots émouvants pour évoquer son univers, Maurane est toujours juste pour répondre aux questions de Frédérique, Evelyne, Denise, Stéphanie, Marion, Isabelle et Christian. Et nous, on savoure…

A quel âge avez-vous compris que vous souhaitiez consacrer votre vie à la chanson?

Maurane – Il n'y a pas eu de jour J. En fait, je ne me suis jamais posé la question car pour moi, ça coulait de source. Depuis que je suis toute petite, je me suis imaginée sur une scène. Je ne pensais pas à "faire une carrière", je n'avais aucun rêve particulier de gloire, mais je me voyais chanter dans un cabaret ou à l'Olympia. Cette envie profonde a toujours été synonyme de plaisir. Même si je me suis très vite rendu compte qu'il fallait beaucoup travailler, je n'ai jamais considéré le fait de chanter comme un "métier".

Votre nouvel album s'intitule "Ouvre". Qu'est-ce qu'il a précisément "ouvert" pour vous?

Maurane – Cet album et la chanson qui lui donne son nom sont une porte ouverte sur les grands espaces. J'ouvre un paysage de vie. Il y a du rire, des larmes, une chanson sur ma fille, une autre sur l'amour, une autre encore sur la mort. Oui, ce disque parle de la vie en général, et donc forcément de la mienne. Je ne suis pas lisse et je n'ai jamais aimé les gens tièdes. J'assume mon caractère sanguin, mon mode d'existence épicurien et mes côtés extrêmes. Je passe par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Au final, mes albums sont un peu comme moi, mais peut-être qu'"Ouvre" l'est un peu plus que les autres. C'est du moins ce que tous les journalistes qui l'ont écouté me disent. Pour moi, il représente toutes les facettes de mon caractère.

La suite de la rencontre lecteurs et de l'interview dans le Moustique du 10 décembre 2014

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité