Les chevaux de Dieu

Comment devient-on une bombe humaine? Les chevaux de Dieu nous plonge au cœur des attentats de Casablanca de mai 2003. Magistral.

784955

Deux ans après les attentats du 11 septembre. Une dizaine de jeunes terroristes islamistes radicaux se font exploser devant des lieux occidentaux de la grande ville marocaine.

Bilan: 41 morts et une centaine de blessés. Le réalisateur franco-marocain Nabil Ayouch revient sur la genèse de ces attentats à travers une fresque sociale soufflante de vérité. "Les terroristes venaient tous du même quartier pauvre, à Sidi Moumen. J’ai enquêté pendant plusieurs années afin de comprendre pourquoi certains passent de l’autre côté du miroir. Comment des gamins de dix ans se transforment en kamikazes? La misère n’est pas tout. J’ai voulu montrer des raisons d’ordre à la fois intime et global", insiste-t-il.

En nous proposant de suivre le parcours de deux frères (Hamid et Yassine) qui ont grandi dans le bidonville, le film prend l’ampleur d’une fresque politique et morale d’une force rare.

Chaotique et saturée pour raconter l’enfance misérable des deux frères, la caméra se stabilise dans la seconde partie du film, lorsque les deux frères devenus adolescents rencontrent l’islamisme radical, prêts pour le martyr.

Porté par de jeunes acteurs non professionnels dont le vécu explose avec force  à l’écran, le film a le réalisme d’un documentaire et la puissance dramaturgique du vrai cinéma.  "Le cinéma est un miroir tendu aux sociétés. Il nous monte ce qu’on ne veut pas toujours voir, poursuit le réalisateur. Mais si on ne veut pas que ça se reproduise, il faut se poser des questions. Tant que demeure l’injustice sociale, la manipulation terroriste existera."  Nabil Ayouch, votre réponse est magistrale.

Les chevaux de Dieu
Réalisé par Nabil Ayouch. Avec Abdelhakim Rachid, Abdellilah Rachid, Hamza Souidek – 115’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité