LES ARDENTES : Roscoe, La force tranquille

Révélation belge de l'année avec un premier album ("Cracks") d'une maturité bluffante, Roscoe est à l'affiche de tous les festivals d'été.

430381

Bien que jouant dans son jardin liégeois, le groupe n' a pas hérité d'un spotidéal, ouvrant cette ultime journée des Ardentes sur le coup de 12h50.  Mais Roscoe a pu compter sur ses fans, les lève-tôt (ou les couche-très-tard) et… aussi sur la pluie pour finalement se produire devant un public garni et rapidement enivré par les atmosphères épiques de leurs compositions (Enemies, Lowlands, A Safe Place).

 

Les morceaux sont impressionnants, le son à à la hauteur et les cinq musiciens se (dé)livrent sans complexe.  Ça manque encore un peu de communication avec le public, mais, pour le reste, tout est là.  En 45 minutes, Roscoe alterne plages lancinantes qui évoquent autant National qu'Elbow, et décharges plus électriques (l'excellent Things To Solve). Et si les Liégeois se dégagent déjà du peloton, c'est aussi pour cette force tranquille et cette confiance -rare à ce niveau- qui les animent. Roscoe ira loin. On l'a déjà écrit, on le répète.

Sur le même sujet
Plus d'actualité