Les Ardentes – Nas, pas vraiment naze

Le rappeur de Brooklyn a offert un set en forme de best of. Efficace et ludique. Comme nous l'avions déjà constaté lors de son concert complet à l'Ancienne, Nas a vite fait ses calculs avant de partir en tournée mondiale pour soutenir son recommandable dernier album solo "Life Is Good".

900329

  Après avoir versé une avance sur salaire à ses cinq gardes du corps et à un ingénieur du son du genre pro de chez pro, il ne lui restait plus grand-chose comme budget à consacrer à ses musiciens. "Fuck off", s'est-il dit. "Après tout, les gens viennent pour moi, pour ma voix et pour mes hits. Pourquoi s'embarrasser de musicos à l'ego surdimensionné qui coûtent cher et vont fumer de la beuh toute la journée?" Oui, pourquoi.

 

C'est donc flanqué d'une clef USB, d'un DJ et d'un percussionniste… percutant que Nasir Bin Olu Dara Jones a débarqué sur la grande scène des Ardentes pile-poil à l'heure.  Et force est de constater que cette formule lui convient à merveille.

 

Fils du jazzman Olu Dara, Nas a hérité de son père le sens du groove, de l'enchaînement et du feeling.  Et, vu comme ça, sa prestation en forme de best of dénote des concerts habituels de hip-hop. En effet, Nas n'est pas du genre à perdre son temps entre les morceaux et à charcuter les beats, il ne passe pas non plus la moitié du concert à s'essuyer la sueur qui perle de son front avec une serviette de bain Armani. Non, il chante, et plutôt bien, distille son flow sur un rythme implacable et fait aussi preuve de bon goût dans ses diversions comme lorsqu'il invite le public à reprendre le One Love de Marley sur son propre One love.

 

Ce titre est tiré de "Ilmatic", son premier album de 1994 et son maître-étalon d'où il exhumera encore "Life's a Bitch", le monumental "Represent", "N.Y. State Of Mind" aux influences toujours jazzy ou encore The World Is Yours. Bref le bonheur pour les fans de hip-hop old-school.  Sans surprise, c'est le concert de cette première journée de festival qui a suscité le plus d'engouement avec ceux de BB Brunes et de Steve Aoki.

Sur le même sujet
Plus d'actualité