Les Ardentes – Limp Bizkit: Fred et les griffes de la nuit

Ceux qui croyaient que Limp Bizkit n'intéressait plus personne peuvent revoir leur jugement.  Non seulement la plaine du Parc Astrid était remplie à craquer (cette deuxième soirée du festival affichait, du reste, sold-out), mais le public connaissait tous les refrains du back catalogue de la formation de Jacksonville. 

39374

Visuellement et musicalement, le guitariste Wes Borland vole encore et toujours la vedette à son leader Fred Durst. Maquillé en noir et blanc, Borland ne reste pas une seconde en place. Il pique des sprints d'un côté à l'autre de la scène, fait des bonds de kangourou crache en l'air en ravalant ensuite sa salive (pas un exemple à suivre les kids!), mais  excelle aussi dans son jeu, sauvage et précis.  Si les tubes et la -belle- cover de Behind Blues Eyes de The Who sont bien sûr au rendez-vous, Limp Bizkit est aussi là pour présenter  son nouvel album "Gold Cobra".

Ce disque reprend les mêmes recettes qui ont permis au groupe d'affoler les charts voici plus de dix ans. Du nu-metal teinté de hip-hop et un mariage efficace entre une section rythmique rock et les scratches incisifs de DJ Lethal. Back to the roots.  Rien de neuf sous la casquette rouge de Fred mais au moins ils ne se sont pas foutus de leur public. – L.L.

Photos: (c) Alain Nassogne – Moustique

Sur le même sujet
Plus d'actualité