LES ARDENTES: Le blues de l’enfer (X2)

The Experimental Tropic Blues Band et Jon Spencer Blues Explosion n'ont pas ménagé leurs efforts pour nous réapprendre les fondements du rock and roll. 

430185

La programmation de la salle HF6 où le gang succédait samedi soir à la formation liégeoise n’a pas été faite au hasard. Entre eux, il n’y a rien d’une relation prof/élève. C’est de respect mutuel dont on parle ici, d’une passion commune pour le rock brut qui tache, le blues de l’enfer, l’urgence sonique, le sexe et le soufre.

Pour rappel, c’est à Brooklyn, dans le sous-sol humide de Spencer transformé en home studio que les Tropic ont enregistré leur dernier album "Liquid Love". Les musicos sont devenus potes, ont déjà joué dans les mêmes clubs et se retrouvaient donc dans la cité ardente. 

Ces deux trios offrent la particularité de ne pas utiliser de bassiste et de rechercher le plaisir dans la spontanéité plutôt que dans la performance technique. Les Tropic jouent dans leur jardin, saluent les nombreux potes qu’ils reconnaissent dans la salle, restent toujours chaotiques dans leur prestation, mais savent sortir les salves meurtrières quand il le faut.

Même énergie chez Jon Spencer, Judah Bauher  et Russel Simins, mais le style est quelque peu différent, plus dans la finesse et le vintage avec souvent le dernier accord d’un morceau qui est aussi le premier du titre suivant. Ça transpire, ça remue beaucoup, ça joue sec et précis Et ça fait beaucoup de bien. Une belle leçon de rock and roll. Jon Spencer Blues Explosion sort en septembre "Meat And Brand",  premier album en huit ans.

Sur le même sujet
Plus d'actualité