Le Skylab

Réalisatrice inspirée et actrice lunaire, Julie Delpy signe une comédie planante, épicurienne et autobiographique.

64798

Après le thriller gothique (La comtesse) et la comédie (Two Days in Paris), Julie Delpy apporte une nouvelle preuve de sa singularité. Certes, le principe de la réunion familiale qui dégénère reste l’un des grands classiques du cinéma français. Mais la réalisatrice arrive à renouveler le genre par une adroite passe de trois.

Entre péripéties attendues (repas trop arrosés, engueulades homériques, flirt au bal du village), contre-emplois succulents (Elmosnino en tonton gâteau avec shorts à franges, Aure Atika burlesque et hilarante en épouse-carpette) et portrait d’une époque (été 1979, à quelques heures de la chute de la station spatiale américaine Skylab). Tout ça dans une France où le racisme ordinaire était assumé par certains, le retour au pouvoir de la gauche, revendiqué par d’autres et les fringues, mal portées par tous.

Cette comédie truculente se lit à la fois comme un album de photos de vacances un peu jaunies et un petit précis d’éducation rock’n’roll largement autobiographique. Où l’on apprend donc que Julie a été biberonnée très jeune aux punks Dead Kennedys rayon musique, et à Apocalypse Now pour le cinéma. Une alchimie visiblement gagnante sur le long terme…

Le Skylab
Réalisé par Julie Delpy (2011). Avec Lou Alvarez, Eric Elmosnino, Julie Delpy – 113’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité