Le portrait robot de l’animateur idéal

Cherche animateur désespérément. La RTBF pourrait passer une telle annonce après le départ de Thomas Van Hamme. Mais à quoi pourrait ressembler l'oiseau rare?

35171

En Belgique, LE transfert de l'année a déjà eu lieu en la personne de Thomas Van Hamme passé à RTL-TVI. Suite à ce revers, à quel animateur la RTBF peut-elle encore se vouer? D'accord, il faudrait d'abord des talks et des shows à animer… Mais admettons que la nouvelle RTBF Liège devienne l'équivalent de l'usine à programmes télé façon plaine Saint-Denis à Paris. Ce n'est pas le très amorti Jean-Louis Lahaye qui pourrait assurer. Un animateur, un vrai, ce n'est pas rien. C'est d'ailleurs un cocktail subtil. Quel est donc le profil actuel de cet oiseau de plus en plus rare en Belgique? Rien que pour la RTBF (vous savez, nous, si on peut rendre service…), allons-y à la méthode Frankenstein pour tirer, sans prétention, le portrait-robot de l'animateur moderne modèle. À bien y regarder, le présentateur vedette répond à de vrais canons et quelques variantes.

Le poil idéal

Ça a l'air bête, mais tous les animateurs en vue ont des cheveux. Qui plus est coupés court et bien disciplinés, majoritairement bruns, encadrant un front dégagé. Faites le tour d'Arthur à Dechavanne en passant par Nagui, Courbet et autre Jean-Michel Zecca. Les quasi chauves tels Cauet ou Lagaf' n'ont plus la cote? Les hirsutes, façon Sébastien Folin ou Stéphane Bern, peinent à émerger. Quant aux barbus ou moustachus, ils sont aux abonnés absents.

L'oeil clair

C'est bien connu, tout est dans le regard. Plutôt sans qu'avec lunettes (à l'exception de Ruquier et Courbet) et avec jolies pattes-d'oie quand il (sou)rit (Nagui, Drucker, Dechavanne, etc.). L'animateur doit fixer son public avec assurance et empathie. Et pas question de cernes ou valises! Merci le maquillage.

Une voix

Par son tempo et son timbre, la voix est une marque de fabrique essentielle, et sa personnalité doit être reconnaissable entre mille. Même nasillarde (comme celle d'Arthur) ou speedée (comme celle de Dechavanne ou de Delarue), elle fidélise et suscite l'adhésion du grand public à un style.

Le coup du menton

En galoche, volontaire, marqué, le menton est le signe de l'assurance ou de la fermeté pour affirmer son leadership sur une émission, arbitrer les échanges et contrôler les prises de parole. Un bel outil non verbal très bien manié par les Ardisson, Dechavanne et Ruquier.

Le dress code

Costume sombre de grande marque et chemise blanche, chaussures Weston, tel est l'incontournable uniforme de l'animateur classe façon Denisot. Le grand public aime les garde-robes au luxe discret. Du classique (avec ou sans cravate), de l'élégant mais surtout pas de bling-bling et de couleurs tapageuses. Chaque animateur porte cependant le costard à sa façon. Parfois limite. Sur t-shirt noir façon Ardisson ou un peu relâché style Frédéric Taddeï.

En mouvements

Deux écoles s'affrontent. Façon rive droite: gestes amples et assurés pour Ardisson ou Denisot. Façon rive gauche: mouvements brusques et immatures comme Dechavanne et Cauet. Reste à savoir si on choisit l'option homme tronc ou l'optique bouffon…

Les fiches magiques

Un animateur sans fiches, cela n'existe plus. Grâce à ses aide-mémoire élaborés par des nuées d'assistant(e)s, l'animateur pare à toute éventualité. Qu'il se retrouve face à des politiques, des artistes ou des anges de la téléréalité, il doit être tout-terrain; le présentateur moderne travaille toujours avec filets: fiches, prompteur et oreillette.

Tous hyperkinétiques

L'animateur roi cloué à son trône est une espèce en voie d'extinction, même si Jean-Pierre Foucault n'a pas dit son dernier mot. Ruquier, Drucker, Dechavanne, Arthur… les autres dinosaures du petit écran ne se contentent pas d'enchaîner les "génial!" ou les "formidable!", ils sont également de très très gros bosseurs. Et quand on en a marre de voir leurs têtes à l'antenne, ils passent le micro à d'autres animateurs et endossent le rôle (encore plus lucratif) de producteur. On s'agite, on empile les émissions, on multiplie les allers-retours sur le plateau et on s'agenouille devant le public roi, façon Nagui. Pour tenir le coup, on enchaîne la nicotine, la caféine, la taurine et parfois même la cocaïne…

Une bonne assise

Le secret de la longévité passe par un peu de chance, mais surtout un bon carnet d'adresses. Malgré sa descente aux enfers et sa longue traversée du désert, Patrick Sabatier a fait son grand retour sous le feu des projecteurs. Le Bernard Tapie de l'Audimat doit essentiellement son come-back à son réseau (passant dans son cas par l'Elysée) patiemment tissé au temps de sa gloire. Une technique de survie qui explique également la longévité d'un certain Michel Drucker ou encore les bonnes affaires de tous les animateurs-producteurs ayant pignon sur écran.

Du sex-appeal?

Les animateurs sont des séducteurs. Mais ont-ils pour autant du sex-appeal? À passer en revue la galerie des préposés à l'animation, rares sont les éphèbes ou les mâles capables de mettre en pâmoison toutes les ménagères. On parle, d'ailleurs, plus souvent de "gendre idéal". Même si Jean-Michel Zecca, l'animateur préfabriqué de la maison RTL, fait autant son petit effet dans les gradins du 71 que dans les couloirs de la chaîne privée. Résultat? Une omniprésence dans les colonnes des magazines people. Et un très bon retour sur investissement sur lequel les animateurs, en général, ne crachent pas.
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité