Le Grand Journal: Un premier round en demi teinte

Ca y est, c'est fait! Après plusieurs mois de teasing, de questions, d'informations lâchées au compte-goutte et d'impatience aussi, le Grand Journal a fait sa rentrée sous la houlette de son tout nouveau (ou presque) présentateur, Antoine de Caunes.

930001

Un gros, gros changement pour le magazine de prime-time de la chaîne cryptée, qui n'avait connu à ses commandes que Michel Denisot depuis sa création en 2004. Une grosse, grosse pression aussi pour l'ex-trublion de Nulle Part Ailleurs, installé là pour faire remonter la cote « hype » du Grand Journal en deux temps, trois mouvements.

« J'ai envie d'écoute, de bienveillance, pas d'une ironie froide ou distante sur le plateau… Je voudrais qu'il y ait de l'imprévu, de l'inattendu même si c'est préparé en amont. Qu'on s'amuse, que ça déborde, que ça ripe un peu » annonçait de Caunes la veille de son intronisation. Et ça n'a pas manqué. Dès les premières secondes de cette dixième saison du Grand Journal, l'animateur-humoriste a pris le rythme lance-roquette de lâcher cinq vannes à la minute. Sur le nom de ses chroniqueurs principalement, dont Jean-Michel Apathie (qui n'est pas parti) et Jeannette Bougrab, sur Philippe Gildas aussi. On rit un peu, mais doucement. Trop de stress.

Puis enfin après dix bonnes minutes de lancement, en la présence du premier invité de la soirée, le Ministre français de l'Intérieur Manuel Valls, l'ambiance se détend et les blagues paraissent moins pré-mâchées. Peut-être aussi grâce au ton très « Petit Journal » des capsules vidéos? C'est là qu'on remarque que le plateau, relifté pour l'occasion, a perdu de sa superbe en remisant son estrade au placard. Par contre, même si de Caunes, bienveillant et fort de son tout nouveau statut de chef d'orchestre, tente de distribuer la parole comme il le peut, les interventions de ses nouveaux chroniqueurs (Arié Elmaleh, Hélène Jouan, Karim Rissouli) restent très succinctes. On verra bien demain.

Mais c'est avec l'arrivée du second invité, Benoît Poelvoorde, déjanté comme à son habitude, et les bons mots de la Miss Météo Doria Tillier déguisée en cagole pour sa rentrée que la véritable éclaircie se produit. Miracle. Enfin le Grand Journal refait vibrer la sphère Internet qui se défoule (en bien aussi!) sur Twitter. On relâche la pression pour ce soir. Plus relax, Antoine de Caunes a l'aura du job et la recette du magazine d'info-tainment semble encore fonctionner. Mais pour combien de temps? Allez, ciao, bonsoir.

Bonus: L'excellent sketch des Guignols en mode Revenants, la nouvelle capsule « Pendant ce temps », le passage du Petit Journal en fin d'émission et l'embauche de l'humoriste Maxime Musqua.

Sur le même sujet
Plus d'actualité