Le G1000, un sommet citoyen

Indigné, un écrivain flamand propose de tirer au sort mille Belges pour débattre de l'avenir du pays.

Le G1000, un sommet citoyen

L'écrivain flamand David Van Reybrouck et une vingtaine de personnalités belges se sont demandé si le malaise belge n'était pas en réalité une crise de la démocratie. Alors, ils ont eu l'idée d'organiser un G1000, un sommet de mille citoyens tirés au sort par un institut de sondage indépendant. Leur mission: débattre des trois préoccupations prioritaires des Belges, qui peuvent voter sur Internet. Le sommet se tiendra à Tour et Taxis le 11 novembre, grâce à plus de 800 bénévoles et aux dons de particuliers. Ce jour-là, par tables de dix, avec un facilitateur, des Belges de tous horizons discuteront des défis de la démocratie. Ensuite, certains d'entre eux poursuivront le travail jusqu'en avril pour aboutir à des propositions concrètes.

"Pas besoin d'être un expert de la loi de financement pour savoir si une politique est juste ou pas, lance David Van Reybrouck. Chaque citoyen est expert de sa vie et a un avis pertinent à donner. Nous ne sommes pas contre les partis, nous voulons leur proposer une aide complémentaire." Le G1000 est déjà soutenu par 10.000 personnes, plus de 800 bénévoles ont proposé leur aide. Quant aux tirés au sort, leur taux de réponse est trois fois plus important que la moyenne. "Ceux qui disent qu'il y a en Belgique une apathie générale, un désintérêt pour la chose publique, ont tort,tonne l’initiateur du projet. Les gens en ont marre d'être réduits à l'impuissance, d'être spectateurs des débats, d'être du bétail de vote…"

Ce genre de formule a été expérimentée ailleurs. À New York, mille citoyens ont décidé comment reconvertir Ground Zero. En Islande, 25 personnes "ordinaires" ont rédigé une nouvelle Constitution avec l'aide des internautes. En Irlande du Nord, des catholiques et des protestants ont travaillé ensemble sur une réforme de l'enseignement… "En tant que journaliste, je trouve ça intéressant, commente Hadja Lahbib, qui suit le projet sans en être partie prenante. Cela montre que même si on cherche parfois à l'imposer ailleurs à coups de raids, en Libye, ou d'interventions en Afghanistan, ici non plus, on n'a pas fini de chercher, en matière de démocratie."

Vous pouvez donner vos idées sur www.g1000.org et faire un don par SMS en envoyant "G1000" au 4445 (1,50 € par SMS).

Sur le même sujet
Plus d'actualité