Le drame turc Winter Sleep – Sommeil d’hiver éblouit la Croisette : première possible Palme d’or ?

Après avoir remporté un prix de la mise en scène (Trois singes en 2008) et deux Grands Prix (Usak en 2003 et le sublime Il était une fois en Anatolie en 2011), le réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan apparaît comme l’un des favoris de cette 67ème compétition. Décrit comme « magistral», son film de 3h16 semble bien au-dessus du reste de la compétition.

1103078

Tourné dans les steppes de Cappadoce, le 7ème film de Ceylan raconte l’histoire d’un ancien comédien qui tient un hôtel en Anatolie, et qui gamberge sec entre sa femme et sœur. Un trio au cordeau pour un drame existentiel qui enfle alors que la neige avance sur la steppe.

A 55 ans, Nuri Bilge Ceylan apparaît aujourd’hui comme un grand cinéaste classique, héritier de Bergman ou Tarkovski, ainsi qu’un défenseur du cinéma turc indépendant. Cinéaste de l’intime et de l’indicible, hanté par les dilemmes moreaux et la désillusion de l’homme moderne, grand amoureux de Tchekhov, Ceylan est aussi un vrai grand cinéaste des paysages. Découvrez tout de suite les premières images de son nouveau chef d’œuvre.

Bande annonce Winter Sleep

Sur le même sujet
Plus d'actualité