Le dernier Radiohead: Un peu court…

Effet d'annonce, suppression des intermédiaires, multiplication des formats (MP3, Wav, CD, coffret Deluxe) et campagne de pub gratuite grâce aux médias qui en ont fait leur buzz.

19899

Effet d’annonce, suppression des intermédiaires, multiplication des formats (MP3, Wav, CD, coffret Deluxe) et campagne de pub gratuite grâce aux médias qui en ont fait leur buzz.

Non, on ne vous parle pas du lancement d’un nouveau gadget Apple, mais bien de celui du huitième album de Radiohead. Sur le plan marketing, le groupe revient à une formule payante (« le modèle de « In Rainbows » n’était pas idéal », concède aujourd’hui leur manager Chris Hufford).

Avec huit morceaux pour une durée de 38 minutes, « The King Of Limbs » est leur disque le plus court et celui où les guitares électriques sont le moins mises en avant. Les instruments acoustiques, les loops dubstep, les beats minimalistes, la basse de Colin Greenwood et la voix, tendance pleureuse, de Thom Yorke, dominent de lancinants débats atmosphériques.

Oubliant la pop et le format chanson, « The King Of Limbs » lorgne du côté d’Aphex Twin, Four Tet, voire l’album solo « The Eraser » de Thom Yorke. Audacieux, oui. Révolutionnaire, certainement pas.

Sur le même sujet
Plus d'actualité