Le complexe du castor

Un père de famille touché par une grave dépression (Mel Gibson au naturel?) se colle une marionnette en forme de castor au bout du bras et ne parvient plus à la quitter, ni au bureau, ni à la maison.

33497

Sa femme (Jodie Foster en demi-teinte) et ses fils tentent de le sauver de la folie. Ce qui frappe tout d'abord dans le troisième film de Jodie Foster réalisatrice, c'est l'étrangeté de ce scénario qu'Hollywood gardait au chaud depuis quelques années. Comment tenir un film sur la dépression autour d'une simple marionnette sans paraître naïf?

Pour mettre en scène la dégradation mentale de son héros, Jodie Foster a choisi une mise en scène réaliste et intimiste, à contre-pied des films d'action dans lesquels elle excelle comme actrice. Or, cette histoire insolite aurait gagné à tirer du côté du fantastique ou du tragicomique… Trop lisse, Le castor manque d'incisives pour parler d'un sujet qui ronge. Reste une vision très pessimiste de la famille américaine, avec des ados flippés et des adultes autocentrés; et un Mel Gibson finalement très à l'aise dans son rôle de freak.

Le complexe du castor
Réalisé par Jodie Foster (2010). Avec Mel Gibson, Jodie Foster, Anton Yelchin et Jennifer Lawrence – 91'.

Sur le même sujet
Plus d'actualité