Le bonheur des Belges

Santé, famille, niveau de vie: d'après notre grande étude Moustique/RTBF, c'est le tiercé dans l'ordre de vos priorités d'aujourd'hui. Un classique mais qui, à l'analyse, apporte son lot de surprises. Et pas des moindres.

738361

Santé, famille, niveau de vie: d'après notre grande étude Moustique/RTBF, c'est le tiercé dans l'ordre de vos priorités d'aujourd'hui. Un classique mais qui, à l'analyse, apporte son lot de surprises. Et pas des moindres.

Il y a dix-huit mois, Moustique publiait sa première étude sur "Le bonheur des Belges",qui interrogeait plus de mille Wallons et Bruxellois francophones sur une centaine de thèmes différents, sociétaux, économiques, politiques, familiaux. Il y a dix-huit mois, souvenez-vous, nous étions en pleine crise institutionnelle, alors que le vent d'une autre crise, économique celle-là, ne battait pas encore complètement les flans d'un bateau Belgique bien parti pour s'échouer. A l'époque, trois thématiques s'étaient dégagées: santé, famille, niveau de vie. Un classique, dopé par une excellente nouvelle: même sans gouvernement, vous étiez près de 80 % à vous estimer globalement heureux. 

Un an et demi plus tard, alors que le Belge francophone s'est découvert un gouvernement mais aussi un plan d'austérité quasi général, et que les mauvaises nouvelles économiques s'accumulent, nous avons réitéré l'opération. Un nouveau sondage, qui donne le pouls de notre société après un an de Di Rupo, mais aussi peut-être, plein de petits plaisirs ou grands malheurs qui ont égrené votre vie. Qu'en retenir? Trois leçons principales, et quantité d'autres à parcourir dans ce dossier ou sur notre site Internet.

Première leçon: Le Belge francophone est stable

Santé, famille et niveau de vie restent globalement vos principales préoccupations. Mais avec des nuances. Par exemple, vous paraissez plus attentifs à l'accessibilité des soins de santé qu'à leur qualité. L'an dernier, c'était l'inverse. Mais comme en 2011, tous les sujets touchant vos proches, l'éducation de vos enfants, leur avenir, les questions concernant votre couple ou le fait de passer du temps en famille, sont particulièrement sensibles. Et comme en 2011, la question de votre pension est un thème qui vous reste cher.

Deuxième leçon: Le Belge francophone est toujours heureux mais…

Signe que la crise est bien là: en 2012, pratiquement tous les thèmes abordés dans ce sondage vous sont apparus plus importants, plus urgents, que l'année précédente. Seules exceptions notables: la défense de la démocratie, la lutte contre le réchauffement climatique, l'avenir communautaire du pays. Pourtant, malgré cette urgence, le Belge francophone reste globalement heureux. Un peu moins, certes, mais tout de même. Surtout, comme l'an dernier, il le devient toujours plus en vieillissant. Heureux, le Belge, mais sans illusion: les seules thématiques sur lesquelles il considère avoir un réel pouvoir ne concernent que sa vie privée. 

Troisième leçon: Le Belge francophone a (un peu) peur

En un an et demi, certains sujets ont très fortement gagné en importance, de manière parfois inquiétante. Certes, le sentiment d'insécurité n'arrive qu'en dixième position de sujets susceptibles d'influer sur votre vote, mais il augmente sérieusement (près de 10 %). Tout comme d'autres thèmes que vous estimez sans doute connexes: la lutte contre l'extrémisme religieux, le racisme, la politique d'immigration. Quant aux préoccupations axées sur l’avenir social et professionnel de vos enfants, elles ont également sensiblement augmenté.

La santé, première priorité des Belges? Lisez notre grand dossier dans le Moustique du 30 janvier. 

La famille, seconde priorité des Belges? Lisez notre grand dossier dans le Moustique de la semaine prochaine.

Sur le même sujet
Plus d'actualité