Laurent Louis, pasticheur pastiché

Laurent Louis est prêt à tout pour faire parler de lui. Même à recourir au fake (comprenez trucage). “Hier soir, en rentrant de Liège, j’ai été agressé par quatre individus vêtus de rouge, de vert, de bleu et d’orange”, annonce t-il mardi matin (17/7) sur Twitter et Facebook, photo à l’appui.

441923

Il y apparaît avec le visage tuméfié (c’est fait exprès), la chemise déchirée (c’est fait exprès) et le regard hébété (ce n’est peut-être pas fait exprès). Si le maquillage et le déguisement sont dignes d’une fancy-fair de maternelle, le ton est alarmiste. Dans l’après-midi, le Nivellois poste une vidéo où il met en scène son propre kidnapping, dans un remake du clip que Greenpeace avait diffusé pour dénoncer la pression du lobby nucléaire sur Elio Di Rupo.

Mais cette fois, c’est le député MLD qui est maltraité par les représentants des quatre partis traditionnels. La mise en scène est grotesque, le jeu des acteurs médiocre et la production de piètre qualité. Très vite, le web a détourné ce buzz pathétique et tourné #LauL (c’est son surnom sur Twitter) en ridicule.

Ironie de l’histoire, beaucoup de ses partisans ont cru à l’agression et se déchaînent maintenant sur son mur Facebook: “Le jour où cela vous arrivera vraiment, on vous tournera le dos!” Il est prévenu…

Images: @iPeople – Fouss Kov – @dibatch

Sur le même sujet
Plus d'actualité