The Lady

On ne résume jamais complètement une vie l’espace d’un film!

147407

Luc Besson a donc sacrifié les explications de l’engagement d'Aung San Suu Kyi au profit de l’histoire d’amour qu’elle a entretenue avec son mari malgré les milliers de kilomètres séparant la Grande-Bretagne, où il habitait, de la Birmanie, où elle survit en liberté surveillée. Le film n'évite ni les violons (ceux d'Eric Serra), ni les clichés (les bons Birmans qui lisent un livre de Gandhi à l’arrêt de bus), ni les stéréotypes (les méchants ont vraiment des sales gueules).

Mais il n’en reste pas moins que la majorité du grand public, qui ne connaît souvent de la militante que son nom, trouvera ici matière à débuter sa découverte en douceur.

Comme La promenade du Champ-de-Mars (sur François Mitterrand) ou Walk The Line (sur Johnny Cash) le faisaient, The Lady donne l'envie d’en apprendre davantage. Notamment grâce à une mise en scène simple, nerveuse et efficace.

Et à la belle prestation de Michelle Yeoh qui, si elle en fait parfois un peu trop dans le genre "Mère Teresa en Birmanie", apporte en revanche l’empathie et la grâce indispensables pour devenir attachante. Et peut-être du même coup pour réconcilier critiques et public, boudant tous deux Besson depuis la semi-réussite d’Angel-A et le demi-échec d’Adèle Blanc-Sec.

Voir les salles où ce film est à l'affiche

The Lady
Réalisé par Luc Besson (2010). Avec Michelle Yeoh, David Thewlis, Jonathan Raggett – 127’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité